Une chaîne d'information russe veut recruter Evo Morales

A peine Evo Morales a-t-il annoncé sa démission, que la chaîne d'info russe RT s'est proposée de l'engager. [AIZAR RALDES / AFP].

Une reconversion en vue dans les médias pour le président démissionnaire bolivien ? C'est en tout cas une possibilité des plus sérieuses qui s'offre à lui, la rédactrice en chef de la chaîne internationale pro-Kremlin RT ayant proposé, ce lundi 11 novembre, un emploi de présentateur à Evo Morales.

«Je propose à Morales un travail passionnant de présentateur» sur RT en espagnol, a ainsi écrit, dans un style franc et direct, Margarita Simonian sur la messagerie Telegram.

Financée par l'Etat russe, la chaîne d'information en continu RT émet en russe, en anglais, en arabe, en espagnol, en français et en allemand.

Pour de nombreux Etats européens et les Etats-Unis, il s'agit d'un canal de propagande et de désinformation pro-russe, ce que la chaîne dément, se définissant comme une voix indépendante face à la domination médiatique occidentale.

L'ex-président équatorien Correa, salarié de RT depuis déjà un an

Pour appuyer son offre, Margarita Simonian a souligné qu'Evo Morales ne serait d'ailleurs pas le premier chef d'Etat à rejoindre ses équipes, l'ancien président équatorien, Rafael Correa animant un talk-show politique en espagnol sur RT depuis plus d'un an. «Il ne s'en plaint pas», a-t-elle assuré.

Arrivé au pouvoir en 2006, Evo Morales a annoncé sa démission dimanche, au terme d'une énième journée marquée par de nouveaux affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ainsi que des démissions en série de ministres et députés.

Il avait reçu le soutien des responsables de la gauche latino-américaine qui à l'instar du président vénézuélien Nicolas Maduro avaient qualifié de «coup d'Etat» les événements qui, depuis trois semaines, ont finalement conduit à sa démission.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles