Le réchauffement climatique met en péril un stock de déchets nucléaires géant aux Iles Marshall

Ce dôme plein de déchets nucléaires menace de se fissurer à cause de l'élévation du niveau de la mer et d'autres effets du changement climatique. Ce dôme plein de déchets nucléaires menace de se fissurer à cause de l'élévation du niveau de la mer et d'autres effets du changement climatique. [US Depart­ment of Energy (public domain)]

Deux des plus grandes menaces pour l’humanité - le changement climatique et les déchets nucléaires - menacent les Îles Marshall, un ensemble de 29 atolls, consti­tués de 1.156 îles, peuplées par 50.000 habitants. Rempli de déchets nucléaires améri­cains dans le Paci­fique, un dôme, situé dans ces îles, fuit à cause du réchauf­fe­ment clima­tique.

Cons­truit dans les années 1940, par les États-Unis, ce triste lieu a été surnommé «La Tombe» par les rési­dents.

Alors que les États-Unis faisaient preuve de souplesse durant la guerre froide, le Pentagone a largué 67 bombes nucléaires sur les atolls des îles Marshall, dans l'océan Pacifique. Vers la fin des années 1970, les déchets résultant du sol irradié et des débris de six îles différentes (ainsi que des tonnes de sol contaminé du Nevada) ont été transportés dans une fosse géante sur l’île Runit, dans l’atoll d’Ene­we­tak. Cet enfouis­se­ment de déchets nucléaires, qui ne devait être que tempo­raire, a été mélangé avec du béton et enfoui dans un dôme de béton sphé­rique de 8 m de haut et de 45 cm d’épais­seur pour les enter­rer à jamais. 

La «tombe» menace de se fissurer

Depuis, des fissures sur le couvercle en béton de ce lieu de stockage radio­ac­tif améri­cain et les infil­tra­tions mari­times régu­lières ont inquiété les auto­ri­tés des Îles Marshall. Le 11 novembre, une équipe du Los Angeles Times et de l’Université de Columbia a confirmé une fuite de pluto­nium causée par le réchauf­fe­ment clima­tique. Cette «tombe» dangereuse menace de se fissurer à cause de l'élévation du niveau de la mer et d'autres effets du changement climatique, avertissent-ils.

Lors d'une série de cinq voyages, les chercheurs ont constaté que le dôme était recouvert de fissures qui s'aggravent en raison de la hausse des températures. L'élévation du niveau de la mer se fait également sentir sur les rives de l'île de Runit, la faisant déverser des matières radioactives dans les eaux environnantes.

En juillet 2019, une autre étude a révélé que certaines régions des Îles Marshall avaient des niveaux de rayonnement comparables à ceux observés près de Tchernobyl et de Fukushima.

Bien que les États-Unis ont accepté de payer pour la réinstallation et les soins de santé pour les communautés touchées par les essais nucléaires historiques, ils semblent moins enclins à s'occuper du problème de «La Tombe». Les Îles Marshall ont tenté de faire pression sur le gouvernement américain pour obtenir de l'aide mais les responsables américains auraient refusé, arguant que le dôme relevait de la responsabilité du gouvernement des Marshall.

«Je me suis dit, comment [le dôme] peut-il être le nôtre ?», a déclaré Hilda Heine, présidente de la République des Iles Marshall, rapporte le Los Angeles Times. «Nous n'en voulons pas. Nous ne l’avons pas construit. Les déchets à l'intérieur ne sont pas les nôtres. Ce sont les leur.»

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles