Royaume-Uni : un clip de campagne sur l'immigration fait réagir

Dans une vidéo de campagne, le Labour caricature un candidat conservateur, qui rejette tous les problèmes sur un immigré, du nom d'Ali. Dans une vidéo de campagne, le Labour caricature un candidat conservateur, qui rejette tous les problèmes sur un immigré, du nom d'Ali. [Capture d'écran Twitter / Jeremy Corbyn]

Alors que la campagne pour les élections générales anticipées du 12 décembre bat son plein au Royaume-Uni, un clip du Parti travailliste fait particulièrement réagir outre-Manche, mais également en France. Avec humour, il dénonce le discours des Conservateurs sur l'immigration.

Dévoilée le 14 octobre sur les réseaux sociaux, la vidéo caricature un supposé meeting de la formation du Premier ministre Boris Johnson. Interpellé par le public sur les problèmes liés à l'éducation, à la santé et au logement, le candidat sur l'estrade leur réplique : «Il y a une seule et unique explication : c'est de sa faute !», pointant du doigt un homme au fond de la salle, du nom d'Ali.

Parodiant le discours des Conservateurs, que les Travaillistes jugent simpliste, le clip montre ensuite le politicien se justifier : «C'est un immigré. Si on se débarrasse d’Ali, alors le temps d’attente pour voir un médecin sera moins long car nous aurons plus de médecins», clame-t-il, avant qu'Ali ne signale qu’il est médecin. Une autre femme lui demande alors d'où viennent les problèmes liés aux écoles, au logement et aux hôpitaux. «Sa faute», répond à chaque fois le candidat.

«Nous dépensons tout pour... ali»

«Quel que soit le problème, c'est parce que nous n’avons pas assez d'argent. Et si nous n'avons pas assez d’argent, c'est parce que nous dépensons tout pour... Ali», poursuit-il, avant de donner une grosse mallette pleine de billets à un PDG d'une grande entreprise de la tech, assis sur un trône, qui «avait besoin d'une baisse d'impôts».

Un homme dans le public demande alors au politicien si cet argent ne peut pas aller à la place aux écoles et aux hôpitaux. Mais ce dernier lui répond par la négative, expliquant qu'il est «un créateur d'emplois». «J’adorerais mettre plus d'argent dans le logement, la santé et l'éducation, mais je suis pieds et poings liés», ajoute-t-il.

«Je dois donner aux riches sociétés des réductions d'impôts massives... à cause d'Ali», conclut-il, avant que ne s'affiche sur l'écran un slogan du Labour : «Quand les politiciens en viennent à accuser les immigrés, vous savez qu’ils sont à court d'arguments», pointant du doigt les Conservateurs, qui souhaitent contrôler davantage l'immigration à l'aide d'un système de visas à points, de façon à sélectionner les meilleurs «talents».

Des réactions en France

La vidéo a déjà été vue plus de 4,2 millions de fois. Partagée notamment sur le compte Twitter du chef du Labour, Jeremy Corbyn, elle a recueilli près de 26.000 retweets et plus de 62.000 «likes», déchaînant les réactions positives comme négatives.

«Cela résume à peu près le discours des Conservateurs et de l'extrême droite - à chaque fois que quelque chose ne va pas, accusons l'immigration. Ce ne sont pas les immigrés qui ont imposé l'austérité et décimé nos services publics», a notamment tweeté le député travailliste Tanmanjeet Singh Dhesi, tandis que d'autres internautes se sont au contraire dits favorables à une immigration contrôlée.

Le clip a même traversé la Manche, l'actualité en France entrant en résonnance avec cette vidéo, avec notamment la récente annonce du gouvernement sur l'instauration de quotas d'immigration professionnelle ou encore la polémique sur le voile.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles