Hong Kong : l'intervention militaire de la Chine en question

Les scènes de violences se multiplient dans le territoire autonome Les scènes de violences se multiplient dans le territoire autonome[Philip FONG / AFP]

Des chars dans les rues de Hong Kong ? Face aux scènes de guérilla urbaine qui ont lieu chaque week-end dans le territoire, l'éventualité d'une intervention militaire est de plus en plus imaginée. Cependant, rien pour le moment ne permet d'affirmer qu'elle pourrait avoir lieu dans les jours ou semaines qui viennent.

«Tout le monde se pose la question de l'intervention», assure Valérie Niquet, directrice du Centre Asie à l'Ifri. Et ce n'est d'ailleurs pas une nouveauté. En août 2019, Jean-Vincent Brisset, également directeur de recherche à l'Ifri, expliquait déjà dans nos colonnes que le gouvernement central chinois «cherche à légitimer l'usage de la violence militaire» en laissant pourrir la situation. 

Près de cinq mois après le début du mouvement, alors que les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre n'ont jamais été aussi violents, le régime chinois pourrait donc tenter de justifier une intervention. Si rien n'a eu lieu, c'est que le moment n'est pas encore suffisamment propice, selon Valérie Niquet : «il est possible que le gouvernement attende qu'une grande partie de la population hongkongaise se détourne du mouvement en raison des violences, ce qui n'est pas encore le cas». 

Un dilemme insoluble

De plus, impliquer l'armée dans les affaires politiques d'Hong Kong est une décision lourde de sens, qui pourrait avoir des répercussions à l'étranger et des réactions plus vigoureuses de la part de la communauté internationale. La décision n'est donc pas à prendre à la légère, quitte à paraître faible face aux manifestants. «La Chine veut à tout prix éviter un nouveau Tiananmen», expliquait d'ailleurs en août dernier Jean-Vincent Brasset. 

Le dilemme qui touche les dirigeants chinois, et Xi Jinping en premier lieu, n'est donc toujours pas résolu pour ramener de l'ordre à Hong Kong. Reste à savoir combien de temps la situation peut rester bloquée, surtout si le nombre de victimes continue de grimper. 

À suivre aussi

Asie La Corée du Nord réalise un nouveau «test crucial»
Les musulmans représentent 14% de la population indienne environ
Asie En Inde, les lois qui ciblent les musulmans s'accumulent
Asie Inde : les quatre suspects d'un viol collectif abattus par la police

Ailleurs sur le web

Derniers articles