Uber augmente les émissions de CO2 dans les grandes villes

Le nombre de Uber a doublé en trois ans en France. Le nombre de Uber a doublé en trois ans en France. [GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP]

Une étude réalisée dans différentes capitales européennes, notamment Londres et Paris, montre les conséquences de l’implantation des services de VTC (voiture de transport avec chauffeur) sur la pollution des villes. Les ONG réclament le passage obligatoire au tout électrique pour tous les chauffeurs VTC d’ici 2025 en Europe.

Réalisée par Transport & Environment pour Sierra Club, une association écologiste américaine, l’étude met en évidence l'explosion des VTC en Europe. Le nombre de chauffeurs a doublé en France en trois ans, passant de 15.000 en 2016 à 30.000 en 2019. Uber est devenu l’un des plus importants services de  «taxis» en Europe, avec plus de 3,6 millions d’utilisateurs de l’application à Londres cette année. C’est dans la capitale britannique que les chauffeurs Uber se sont le mieux implantés en Europe : ils représentent la moitié des VTC de la ville, avec 45.000 véhicules en 2018. 

explosion des émissions de co2 

Selon l’étude, à Londres et Paris, les émissions des Uber atteindraient 515 tonnes de CO2, soit l’équivalent de 250.000 voitures de particuliers en plus sur les routes. 

Selon les données récoltées par Transport & Environment, en 2017, 90% des chauffeurs VTC à Paris roulaient avec des véhicules diesel. Le Monde rappelle que «le nombre de kilomètres parcourus par un chauffeur VTC ou de taxi conventionnel est en moyenne cinq fois supérieur à celui d’un particulier», ce qui provoque une augmentation considérable des émissions.Le secteur des transports reste l'un des plus polluants à l'échelle européenne, avec  945 millions de tonnes d'équivalent CO2 de gaz à effet de serre produites en Europe en 2017. 

passage à l'électrique 

Avec l’augmentation des trajets liée à l’augmentation du nombre de chauffeurs VTC dans les grandes villes, plusieurs organisations écologistes ont lancé l’opération #TrueCostOfUber (#LeVraiCoûtdeUber en français), et demandent le passage pur et simple aux véhicules 100% électriques pour tous les chauffeurs VTC en Europe. 

Uber France a expliqué au Monde qu’un bonus de 4000 euros a été mis en place pour aider leurs chauffeurs à acquérir des véhicules électriques, et ainsi passer sur «Uber Green». Ce service, qui revient, à peu de chose près, au même prix qu’une course classique pour les utilisateurs, ne rencontre pas un franc succès chez les chauffeurs. Seuls 3400 véhicules hybrides et électriques sont en circulation dans l'hexagone. Leur acquisition ne serait pas rentable, car le temps nécessaire au rechargement des batteries et le délai d'attente pour les clients seraient trop importants. 

À suivre aussi

Réchauffement climatique : les sapins menacés
Environnement Réchauffement climatique : les sapins menacés
incendies Australie : un nuage toxique recouvre la capitale
Environnement En Afrique, les célèbres chutes Victoria sont presque à sec

Ailleurs sur le web

Derniers articles