Hong Kong : pas de violences et forte participation pour les élections locales

La file d'attente pour aller voter était longue le 24 novembre La file d'attente pour aller voter était longue le 24 novembre. [YE AUNG THU / AFP]

L'attente était grande à Hong Kong. Ce 24 novembre, les habitants du territoire était conviés à se rendre aux urnes pour élire les conseillers de districts. Une élection locale qui avait lieu dans un climat particulièrement tendu, mais qui semble avoir été un succès.

La participation a en effet battu un chiffre record établi quatre ans plus tôt, et ce plusieurs heures avant la fermeture des bureaux de vote. Environ 2,94 millions d'électeurs ont voté sur 4,13 millions d'inscrits, soit une participation bien supérieure aux 47% du précédent scrutin de 2015. Un chiffre qui peut ne pas paraître impressionnant, mais ces élections sont habituellement boudées et jugées peu importantes par les Hongkongais.

Seulement, dans un contexte où la vie politique du territoire est secouée par des manifestants demandant plus de démocratie, voter était cette fois avant tout un acte militant. C'est la principale raison qui explique que les protestataires les plus virulents n'ont pas cherché à perturber le scrutin. 

plus qu'un symbole

Reste désormais à savoir quel impact les résultats, qui devraient être dévoilés le 25 novembre, auront sur le mouvement pro-démocratie. Pour rappel, 117 conseillers de districts siègent parmi les 1 200 membres du comité électoral, qui choisit le chef du gouvernement. Une victoire ne permettrait donc pas de renverser complètement la situation, mais donnerait une voix supplémentaire aux militants au sein des institutions.

En cas de large victoire de ce camp, c'est donc avant tout le message adressé à Pékin et au gouvernement du territoire qui sera plus fort et appuiera les revendications. En revanche, si l'inverse se produit, il y a fort à parier que la cheffe de l'exécutif Carrie Lam en ressortira renforcée. Un scénario rêvé pour poursuivre sa stratégie consistant à ne rien lâcher devant les manifestants, quitte à laisser la violence se propager. 

À suivre aussi

Asie Philippines : état d'alerte après le réveil du volcan Taal
La présidente de Taïwan Tsai Ing-wen devant ses partisans, le 11 janvier 2020 à Taipei [Sam Yeh / AFP]
Asie Après sa réélection, la présidente de Taïwan cible des médias chinois
Le dirigeant coréen n'admet pas souvent les difficultés de son pays
Asie Kim Jong-un reconnaît que la Corée du Nord est dans une grave situation économique

Ailleurs sur le web

Derniers articles