Hong Kong : Pékin riposte contre les Etats-Unis après le vote au Congrès

Les deux hommes s'étaient rencontrés au Japon en 2019 Les deux hommes s'étaient rencontrés au Japon en 2019. [Brendan Smialowski / AFP]

Il fallait se douter que la Chine ne resterait pas inactive. Quelques jours après la ratification par les Etats-Unis d'une loi en faveur des manifestants pro-démocratie à Hong Kong, Pékin a riposté.

Ainsi, le ministère des Affaires étrangères chinois a annoncé le 2 décembre des sanctions contre plusieurs ONG originaires des Etats-Unis, ainsi que la suspension des escales de récupération pour les navires de guerre américains. Si les sanctions n'ont pas encore été détaillées, Human Rights Watch ou Freedom House sont dans le viseur. Pour le régime communiste, la loi adoptée par l'administration de Donald Trump n'est rien d'autre qu'une ingérence dans les affaires nationales.

Pour rappel, le soutien de Washington aux protestataires hongkongais est davantage lié à la volonté de nuire à la Chine qu'à une défense des droits démocratiques, les deux pays étant engagés dans une guerre commerciale de longue haleine. Donald Trump avait lancé les hostilités en mars 2018, espérant améliorer la balance commerciale américaine

Hong Kong, théâtre de guerre froide ?

Seulement, l'objectif est loin d'être atteint, et les batailles de ce conflit se multiplient. Exportation, espionnage technologique, manipulation des devises, et désormais situation à Hong Kong, nombreux sont les incendies à éteindre avant de parvenir à un accord entre les deux Etats. 

Conscients de cela, les manifestants hongkongais avaient d'ailleurs accueilli la nouvelle de la loi de manière assez partagée. Décelant avant tout une attaque contre la Chine, certains avaient peur de se voir instrumentalisés dans un conflit qui ne les concernait pas. Au risque de voir ce territoire devenir le centre des affrontements entre Pékin et Washington. 

À suivre aussi

Un patient transporté sur un brancard à l'hôpital Jinyintan de Wuhan (Chine) le 18 janvier 2020 [STR / AFP]
Santé La Chine annonce 17 nouveaux cas du mystérieux virus
Asie Philippines : état d'alerte après le réveil du volcan Taal
La présidente de Taïwan Tsai Ing-wen devant ses partisans, le 11 janvier 2020 à Taipei [Sam Yeh / AFP]
Asie Après sa réélection, la présidente de Taïwan cible des médias chinois

Ailleurs sur le web

Derniers articles