Pourquoi l'assaillant de London Bridge a été libéré

Des bouquets le 30 novembre 2019 près du London Bridge où un repris de justice jihadiste a tué à coups de couteau deux personnes à Londres  [Niklas HALLE'N / AFP/Archives] Des bouquets le 30 novembre 2019 près du London Bridge où un repris de justice jihadiste a tué à coups de couteau deux personnes à Londres [Niklas HALLE'N / AFP/Archives]

Usman Khan, qui a tué deux personnes lors de l'attaque de London Bridge vendredi, avait été condamné pour terrorisme et libéré à mi-peine, une procédure classique et soumise à conditions.

Les condamnés peuvent par exemple être placés sous bracelet électronique et soumis à un couvre-feu, avoir l'obligation de rencontrer un officier de probation. Ils peuvent être réincarcérés à tout moment.

Selon le Premier ministre Boris Johnson, environ 74 personnes condamnées pour terrorisme ont pu bénéficier d'une libération anticipée, qui fait actuellement l'objet d'un réexamen.

La condamnation de l'assaillant

Khan a été condamné en janvier 2012 pour préparation d'actes de terrorisme. Il était impliqué dans un projet inspiré d'Al Qaida pour mettre sur pied un camp d'entraînement au Pakistan et commettre un attentat à la bombe contre la Bourse de Londres.

Photo fournie par la police britannique le 1er février 2012 de l'islamiste Usman Khan, qui a été condamné pour terrorisme et libéré à mi-peine puis a tué deux personnes sur le London Bridge [Handout / West Midlands Police/AFP/Archives]
Photo fournie par la police britannique le 1er février 2012 de l'islamiste Usman Khan, qui a été condamné pour terrorisme et libéré à mi-peine puis a tué deux personnes sur le London Bridge

Condamné à 16 ans de prison, il a été remis en liberté sous bracelet électronique en décembre 2018, après moins de sept ans derrière les barreaux.

Il avait respecté toutes les conditions qui lui étaient imposées depuis sa libération, a déclaré samedi soir le chef de la police antiterroriste britannique Neil Basu.

Sa libération

En 2008, le gouvernement travailliste de l'époque a modifié les règles pour les peines prolongées, entraînant ainsi automatiquement une libération à mi-peine.

La législation a de nouveau été modifiée par la coalition conservateurs/libéraux-démocrates en 2012, reportant aux deux tiers de la peine les remises en liberté pour les condamnations supérieures à 10 ans, et soumises à l'accord d'un comité d'évaluation. Cette loi n'étant pas rétroactive, elle ne s'appliquait pas à Usman Khan, condamné sous l'ancien régime juridique.

Et maintenant ?

Boris Johnson a appelé à mettre un terme aux libérations anticipées automatiques et même la fin totale des libérations anticipées pour les personnes condamnées pour terrorisme.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson lors d'un hommage, le 2 décembre 2019 à Londres, aux victimes de l'attaque jihadiste au couteau sur le London Bridge [DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP]
Le Premier ministre britannique Boris Johnson lors d'un hommage, le 2 décembre 2019 à Londres, aux victimes de l'attaque jihadiste au couteau sur le London Bridge

«Si vous êtes condamné pour une infraction terroriste grave, il devrait y avoir un minimum obligatoire de 14 ans et certains ne devraient jamais être libérés», a-t-il déclaré.

Selon lui, en matière de terrorisme et d'extrémisme, les condamnés devraient purger l'intégralité de la peine prononcée par la justice.

Le père de Jack Merritt, l'une des deux victimes tuées par Usman Kahn, a déclaré samedi que son fils «ne voudrait pas que sa mort soit utilisée comme prétexte pour introduire des peines encore plus draconiennes pour les prisonniers ou pour maintenir en prison des gens plus longtemps que nécessaire».

Le jeune homme de 25 ans était coordinateur d'un programme de l'université de Cambridge pour la réinsertion des détenus.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles