Selon l'ONU, la présence israélienne coûte des milliards d'euros à l'économie palestinienne

Un protestataire palestinien face à une colonie israélienne Un protestataire palestinien face à une colonie israélienne[ABBAS MOMANI / AFP]

2,3 milliards d'euros. C'est le coût de l'occupation israélienne pour l'économie palestinienne en Cisjordanie selon un rapport de l'ONU publié le 2 décembre. Ce chiffre représente le double du déficit budgétaire du territoire occupé.

Ainsi, entre 2000 et 2017, les pertes budgétaires s'élèveraient à 43 milliards d'euros. Ce chiffre inclut 25 milliards d'euros d'intérêts courus et six milliards d'euros de pertes de recettes fiscales palestiniennes, selon le document.

Le rapport de l'ONU indique par ailleurs qu'un tel montant aurait permis de combler par deux fois le déficit budgétaire du gouvernement palestinien estimé à 16 milliards d'euros, sur la même période. D'après le rapport, si les 43 milliards d'euros de pertes avaient été investis judicieusement dans l'économie palestinienne en proie à une grave crise financière, ils auraient permis de créer deux millions d'emplois sur une période de 18 ans, soit environ 110.000 par an.

Le rapport a été présenté à l'Institut de recherche sur les politiques économiques palestiniennes (MAS) à Ramallah, en Cisjordanie occupée où siège le gouvernement palestinien. Misyef Jameel, chercheur au MAS qui a travaillé sur le rapport, a indiqué que seul l'impact fiscal direct a été mesuré. Le chiffre réel correspondant à l'ensemble des pertes est probablement beaucoup plus élevé, a-t-il déclaré. 

À suivre aussi

Benjamin Netanyahou et Benny Gantz n'arrivent pas à former un gouvernement depuis plusieurs mois
crise politique En Israël, plus qu'un jour avant de nouvelles élections
Des manifestants irakiens lors de heurts avec les forces de sécurité, le 28 novembre 2019 à Bagdad [AHMAD AL-RUBAYE / AFP/Archives]
Moyen-orient En Irak, les politiques négocient sous la pression persistante de la rue
Abbas Ali Kadkhodaï, porte-parole du Conseil des Gardiens de la Constitution iranienne, parle durant un entretien avec l'AFP dans son bureau à Téhéran, le 30 novembre 2019 [str / afp/AFP]
Moyen-orient Iran : un responsable laisse entrevoir des législatives plus ouvertes

Ailleurs sur le web

Derniers articles