Une entreprise offre des congés et des jours maladie illimités à ses employés

Le but est d'attirer les bons profils.[Stephen Maturen / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Pour attirer les bons profils dans son entreprise, le patron du développeur de jeux vidéo néo-zélandais Rocketwerkz leur offre des vacances et des congés maladie illimités, intégralement payés par l’entreprise. Et il ne le regrette pas.

Dean Hall a eu cette idée lorsqu'il cherchait à débaucher des employés qualifiés travaillant pour de grands studios disposant d'importants financiers. «Vous pouvez avoir 30 personnes qui oeuvrent sur un projet de 20 ou 30 millions de dollars. Si vous leur faîtes confiance avec de gros projets et de grosses sommes d’argent, pourquoi ne pouvez-vous pas leur faire confiance pour gérer leur temps également ? C'est le point de départ de ma réflexion», explique-t-il.

L'idée était aussi de ne plus voir ses employés rester au travail... pour rien. «Chaque 23 décembre (qui correspond à une période creuse), certains viennent travailler pour économiser un congé pour les prochaines vacances scolaires. C'est stupide.»

Tous les employés de Rocketwerkz ne peuvent toutefois pas bénéficier de ce bon plan. Les effectifs sont divisés en trois. D'une part les employés les moins expérimentés, qui ont droit à des horaires et des congés «classiques». Un niveau intermédiaire où les salariés disposent de congés maladie illimités. Et enfin les cadres supérieurs, qui bénéficient de congés illimités, quels qu'ils soient.

Selon Hall, dont l'entreprise a notamment signé les jeux «Out of ammo» ou «Stationeers»,  il n'y a pas d'abus. La majorité des employés ne prennent pas plus de quatre semaines de congé par an. Et même si certains en profitent, le chef d'entreprise n'y voit pas forcément de problème. «Je ne pense pas que vous puissiez juger du travail de quelqu'un en fonction du nombre de congés pris, assure-t-il. Quelqu'un qui prend beaucoup de congés pourrait faire le même travail que quelqu'un qui ne le fait pas.»

Reste à savoir si son idée va inspirer d'autre chefs d'entreprise dans le monde...

 

À suivre aussi

Économie Près d'un Français sur cinq détient un crédit à la consommation
Grève contre la réforme des retraites : à Marseille, l'inquiétude monte chez les artisans
Économie Grève contre la réforme des retraites : l'inquiétude des artisans marseillais
Agnès Pannier-Runacher : «Il y a beaucoup de fantasmes, et aussi, beaucoup de fakenews»
réforme des retraites Agnès Pannier-Runacher : «Il y a beaucoup de fantasmes autour de la réforme des retraites»

Ailleurs sur le web

Derniers articles