Un demi-million de bernard-l'hermites tués par le plastique sur des îles

Un bernard-l'hermite marche dans les profondeurs de la mer Méditerranée, près de la Turquie, en novembre 2005.  Un bernard-l'hermite marche dans les profondeurs de la mer Méditerranée, près de la Turquie, en novembre 2005. [TARIK TINAZAY / AFP]

Le plastique a encore fait des siennes. Une récente étude montre comment un demi-million de bernard-l’hermite sont morts à cause des déchets plastiques, sur plusieurs îles des océans Indien et Pacifique Sud.

Ce sont précisément 569.000 bernard-l'hermite qui ont péri à cause du plastique sur plusieurs sites de l'archipel des îles Cocos (océan Indien) et sur l’île Henderson (Pacifique Sud). Ces chiffres ont été quantifiés par l’étude du Journal of Hazardous Materials, publiée le 16 novembre dernier. La revue s’est associée à l’Institut d’études marines et antarctiques (Imas), le musée d'Histoire naturelle de Londres et l'organisation Two Hands Project.

Les pagures sont morts en s’engouffrant dans des pots en plastique répendus sur les plages. Les crustacés se retrouvent ensuite piégés car ils n’arrivent pas à ressortir des pots. Les scientifiques ont découvert dans certains conteneurs plusieurs centaines de crabes.

Un cercle vicieux

Les bernard-l’hermite se condamnent eux-mêmes, sans le savoir. En effet, la revue explique que ces animaux qui n’ont pas de coquille à la naissance en recherchent une disponible. Ceux-ci se fient alors à l’odeur de leurs congénaires morts pour localiser les coquilles libres, les conduisant ainsi à se terrer dans le plastique. Un cercle vicieux qui entraînent de plus en plus de petits crustacés à s’approcher des déchets.

A travers cette étude, les biologistes ont souhaité mettre en lumière les dangers de la pollution plastique sur les côtes, menaçant ainsi les écosystèmes des plages. Un phénomène «préoccupant» qui ne concernerait pas uniquement les îles Cocos et Henderson et qui «nécessite une enquête urgente»

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles