Eruption d'un volcan en Nouvelle-Zélande : «C'était comme Tchernobyl», témoigne un secouriste

«Tout était recouvert de cendre», a témoigné Russell Clark, un secouriste qui a été dépêché sur les lieux après la catastrophe. «Tout était recouvert de cendre», a témoigné Russell Clark, un secouriste qui a été dépêché sur les lieux après la catastrophe. [Handout / Michael Schade / AFP]

Après l'éruption lundi 9 décembre d'un volcan sur une île touristique dans le nord de la Nouvelle-Zélande, un secouriste dépêché sur les lieux a témoigné mardi des paysages de désolation dont il a été témoin, comparant la scène à Tchernobyl.

«C'était comme dans la mini-série Chernobyl», a déclaré à la télévision néo-zélandaise Russell Clark, en référence à la série à succès de HBO sortie en mai dernier et relatant la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, en 1986.

«Tout était recouvert de cendre», a poursuivi le secouriste, qui travaille pour un organisme de secours par les airs à Auckland. «Il y avait un hélicoptère sur l'île qui était manifestement là au moment de l'éruption, avec ses hélices détruites. C'est une expérience choquante. [..] Je ne peux qu'imaginer ce que c'était pour les gens qui étaient là à ce moment-là, ils n'avaient nulle part où aller, ça a dû être une expérience absolument terrible pour eux», a-t-il raconté.

«Je n'ai pas vu de patients moi-même, mais l'équipe que nous avons déposée [par hélicoptère, NDLR] a trouvé des patients... C'était assez dévastateur [car] nous n'avons trouvé aucun survivant sur l'île», a-t-il ajouté.

Le dernier bilan humain fait état de 14 morts, dont huit disparus, considérés par la police néo-zélandaise comme étant décédés. Cette dernière a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête criminelle visant à savoir pourquoi 47 personnes étaient sur l'île à ce moment-là, alors que le niveau de menace du volcan avait été relevé la semaine dernière.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles