Donald Trump aurait validé l'assassinat de Qassem Soleimani en juin 2019

Le général Soleimani aurait eu une cible dans le dos depuis plusieurs mois Le général Soleimani aurait eu une cible dans le dos depuis plusieurs mois[Aamir QURESHI / AFP]

La mort de Soleimani était-elle préparée depuis longtemps ? C'est bien possible selon certains médias américains, qui assurent que Donald Trump avait validé cette mesure dès le mois de juillet en cas de mort d'un citoyen américain suite à une agression iranienne.

Si cette information dévoilée par NBC News s'avère véridique, cela expliquerait pourquoi l'éventualité de ce bombardement contre le général était dans les options possibles après la mort d'un sous-traitant de l'armée américaine en Irak le 28 décembre 2019. Ce décès ajouté à l'attaque de l'ambassade américaine à Bagdad le 31 décembre, dans lesquelles Téhéran est soupçonné d'avoir joué un rôle, aurait donc entraîné la réplique et la mort du stratège iranien.

Seulement, un tel enchaînement des événements signifierait que la Maison Blanche n'a pas raconté toute la vérité sur la raison de la frappe contre Soleimani. Donald Trump a en effet répété que le général préparait des attaques «imminentes» contre des ambassades américaines dans la région. Seulement aucune information plus précise n'a été dévoilée, et le secrétaire à la Défense, Mark Esper, a lui-même expliqué que s'il «partage la vision du président», il n'a vu aucune preuve «concernant les quatre ambassades» qui auraient été ciblées

Selon NBC, Mike Pompeo et John Bolton, respectivement chef de la diplomatie et conseiller à la sécurité nationale (Bolton n'est plus en poste) avaient même proposé l'assassinat de Qassem Soleimani dès juin, alors qu'un drone américain avait été abattu par l'Iran. Le président américain avait alors refusé, expliquant qu'il n'envisagerait cela que «s'ils frappent des Américains». La Maison Blanche n'a pas encore confirmé ni commenté les informations de NBC.

À suivre aussi

Des rassemblements en hommage aux morts du Boeing ukrainien se sont transformés en manifestations anti-régime.
International Conflit Iran - Etats-Unis, en direct : après l'arrestation brève de l'ambassadeur britannique en Iran, l'ambassadeur iranien à Londres convoqué
Des étudiants iraniens défilent en hommage aux victimes du crash d'un Boeing ukrainien, le 11 janvier 2020 à Téhéran [Atta KENARE / AFP]
Moyen-orient Manifestations en Iran : la police a reçu des consignes de «retenue»
Canada Crash en Iran : «justice sera faite», promet Justin Trudeau

Ailleurs sur le web

Derniers articles