Le hip hop serait bon pour la santé

Le rappeur Eminem le 22 août 2013 au Stade de France [Pierre Andrieu / AFP]

Des psychiatres estiment que le hip hop serait bon pour la santé mentale.

 

Et si Dr Dre était finalement un vrai médecin ? Décrié par ses détracteurs pour faire, parfois, l’apologie de la violence ou des drogues, le hip hop pourrait s’avérer bon pour la santé.

Selon des professeurs en psychiatrie de l’université de Cambridge, qui publient ses recherches dans le prestigieux journal médical The Lancet Psychiatry, les paroles des morceaux, qui parlent souvent de surmonter des difficultés et de lutter contre la société, offrent un refuge pour les personnes atteintes de dépression ou de maladies mentales.

«Les artistes de hip-hop utilisent leur talent pour décrire le monde qu'ils voient, mais aussi comme un moyen de se libérer, explique le Dr Akeem Sule, de l’Université de Cambridge. Il y a souvent un message d'espoir au milieu des paroles.»

 

De Notorious Big à Tupac

Pour illustrer leur théorie, les psychiatres prennent comme exemples des artistes aussi différents que Grandmaster Flash & The Furious Five, Tupac, Eminem ou Notorious Big. Le titre «Juicy», interprété par ce dernier en 1994, est particulièrement parlant.

Dans ce morceau, «dédié à tous les enseignants qui m’ont dit que je n’arriverai jamais à rien», le rappeur de New York décrit comment il est parti de rien pour arriver au succès planétaire.

Une «imagerie visuelle positive» qui, selon les scientifiques, «peut aider les patients souffrant de dépression pour créer des images plus positives d'eux-mêmes».

 

 

Pour aller jusqu’au bout de leur résonnement, ces chercheurs ont créé Hip Hop Psych, un projet qui entend mettre en pratique cette thérapie, notamment dans les écoles et les prisons, où de nombreux individus ont perdu toute estime d’eux-mêmes. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles