Bertrand Belin, un spleen envoûtant

Bertrand Belin en concert[Alainalele / Flickr]

Bertrand Belin est en concert ce vendredi soir à Paris, au théâtre de la Ville

 

Guitare lente, batterie chuintée, synthé un poil rétro, l’ambiance est cosy, parfois légèrement folk, voire country. Lui frôle juste les notes de sa voix grave, et semble ne pas vouloir s’y accrocher. Ses mots, il les lâche en tremblant avec le talent d’un Bashung. Comme lui, Bertrand Belin murmure des histoires nébuleuses, à peine articulées, dont le sens fuit toujours l’interprétation unique.

 

Energie mystérieuse

Poète, il est passé de l’Hypernuit (son troisième album) à une errance aérienne, avec Parcs, son dernier disque. Un assemblage de morceaux mélodieux qui laissent songeur.

Nostalgique, mais habité d’une énergie mystérieuse, le chanteur, auteur et compositeur vit sur une autre planète. Il ne raconte pas le banal du quotidien mais bricole des situations amoureuses sur un patchwork d’images qui s’entrechoquent, fait surgir des visions lunaires et oniriques, qui sembleraient presque écrites la nuit, dans un train à travers la plaine.

Bertrand Belin, en concert vendredi 19 décembre, à Paris au Théâtre de la Ville (4e).

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles