Raphael participe au RFM Music Show

Le chanteur Raphael a enregistré son album avec des élèves d'une école primaire parisienne. [(C) P.Lindbergh]

Une tête d’ange et une âme d’enfant. A l’occasion du concert gratuit RFM Music Show spécial anniversaire, organisé le 6 juin à Issy-les-Moulineaux, et qui réunira plus de quinze artistes, Raphael interprétera les titres de son nouvel album Somnambules (Play On). Un opus enregistré avec des élèves d’une école primaire, pour lequel le chanteur a voulu divertir dans un esprit clownesque.

 

Que prévoyez-vous pour cette soirée RFM Music Show ?

Je vais jouer mon nouvel album, dont le titre Somnambule. C’est un avant goût de ma tournée de fin d’année. Je ferai alors appel à des chorales par le biais de conservatoires pour chaque ville. Il y aura donc des enfants différents qui monteront sur scène. Ce seront des moments improvisés et donc très émouvants.

 

Travailler avec une chorale d’enfants, un exercice compliqué ?

C’est surtout différent et follement amusant. Je souhaitais un résultat spontané, pas trop propret. L’enregistrement a été réalisé en seulement quel­ques prises au sein même de l’école Houdon (18e). Les enfants ont une mémoire extraordinaire. 

 

Quel a été la genèse de ce projet ?

J’ai loué un appartement au-dessus d’une école pour m’isoler un peu et composer mon nouvel album. Les cris des enfants dans la cour de récréation se mêlaient à mes maquettes. J’aimais cette légèreté. 

Le fait d’être père de deux fils m’a aussi donné envie de revivre cette fantaisie avec ces gosses.

 

Comment les parents ont-ils réagi ?

Je ne les ai pas vus. La directrice de l'école a tout géré en obtenant des contrats de travail pour les enfants qui participaient. Les parents qui ne voulaient pas que les enfants apparaissent sur cet album ne les ont tout simplement pas envoyés.

 

Vous avez créé le buzz aux 30e Victoires de la musique en apparaissant sur scène avec un sourire "à la Joker".

Je souhaitais faire un teaser et cela a bien fonctionné. Quand on travaille avec des enfants, il faut jouer sur le côté clownesque. Je trouvais cela amusant de se déguiser comme pour un goûter d'anniversaire.

 

Pourquoi êtes-vous aujourd'hui indépendant ?

J'ai réalisé six albums avec une grosse maison de disque et cela s'est très bien passé. Je me produis seul aujourd'hui et suis parti du circuit des majors de l'industrie musicale car je souhaite avoir plus de liberté.

Je ne veux plus être sous un contrat qui impose une date précise d'enregistrement et une sortie d'album. Je ne sais jamais si je serai inspiré dans une heure ou une journée... La vie est notre matériel, notre inspiration.

Mais je n’ai aucun grief contre le système des maisons des disques.

 

 

RFM Music Show, le 6 juin, dès 19h, Parc départemental de l’île Saint-Germain, Issy-les-Moulineaux (92). 

Vous aimerez aussi

Interview David Diop : «C'est une grande joie pour moi d'avoir été élu par des lycéens»
Interview Karin Viard : «Le cinéma participe à éveiller les consciences»
Interview Christophe Michalak et Action contre la Faim s'engagent contre la faim comme arme de guerre

Ailleurs sur le web

Derniers articles