Les Eagles of Death Metal veulent être les premiers à rejouer au Bataclan

Le chanteur Jesse Hughes (g) et Josh Homme du groupe Eagles of Death Metal au Teragram Ballroom à Los Angeles le 19 octobre 2015 [KEVIN WINTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives] «J'ai vraiment hâte de revenir à Paris. J'ai hâte de jouer. Je veux y retourner», souligne le chanteur du groupe. [KEVIN WINTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives]

Les Eagles of Death Metal veulent être le premier groupe à rejouer au Bataclan, la salle dans laquelle ils se produisaient le 13 novembre lors de l'attaque de trois jihadistes, a dit le co-fondateur du groupe américain dans un entretien au site Vice.

«Je veux être le premier groupe à jouer au Bataclan quand il réouvrira», a expliqué Jesse Hughes lors d'un entretien avec le directeur général de Vice, Shane Smith, qui lui en a demandé la raison. «Parce que j'étais là quand le silence s'est fait pendant un instant. Nos amis sont venus et sont morts. Je vais y retourner et vivre», a dit le chanteur de ce groupe inconoclaste, la voix tordue par l'émotion. L'entretien a été publié mercredi dans son intégralité sur le site de Vice.

Avant le drame, l'ingénieur du son, Shawn London, se souvient de «gamins qui s'éclataient», qui souriaient et «reprenaient les paroles de chaque titre».

89 personnes tuées au Bataclan

Le concert des Eagles of Death Metal avait démarré depuis une heure environ le 13 novembre quand trois personnes sont entrées dans la salle et ont ouvert le feu. Au total, 89 personnes sont mortes au Bataclan et 130 dans l'ensemble des attentats commis ce jour-là.

«J'ai peut-être peur, et peut-être que j'ai traversé pas mal de merdes, mais je respire. Je sais que je vais pouvoir parler à mon fils ce soir», a lancé Jesse Hughes. «J'ai vraiment hâte de revenir à Paris. J'ai hâte de jouer. Je veux y retourner», a martelé ce rocker à la moustache fournie.

«Nous n'avons pas le choix, nous devons finir la tournée», a abondé l'autre co-fondateur du groupe, Joshua Homme, qui n'était pas avec le groupe le 13 novembre.

«Je compte les jours qui me séparent de celui où je pourrai finir ce concert», a dit le batteur du groupe, Julian Dorio, dans un message posté sur Instagram. Il a également rendu hommage aux victimes ainsi qu'à ceux qui l'avaient aidé le 13 novembre après qu'il est sorti de la salle.

 

November 13, 2015. I, along with my bandmates @eodmofficial, had the privilege to play to one of the most energetic crowds of our tour when, nearly half way through the show, the unimaginable occurred. Absolute and unnecessary evil turned our world on its head. I am beyond grateful that I was able to find a way out of the venue, but I am mourning those who did not, including our mate, Nick Alexander. My thoughts are with their families. I'm home safe. And now I have a new family abroad. To Arthur, who ran for his life right beside me and selflessly put us in a taxi before himself, thank you. To Fabrice, a fan who lent me his phone later that night so I could call @emilydorio and attempt to put her at ease, thank you. To everyone who, in the face of unrelenting evil, went toe to toe using courage, compassion, and love as their weapons. You all are my heroes. Last but certainly not least, the outreach and support back home is appreciated more than you'll ever know. I will never forget it. I am forever changed but hold fast to the love around us. I'm counting down the days until I get to finish that concert. Peace & love. #prayforparis #bataclan #eodm

Une photo publiée par Julian Dorio (@coolranchdorio) le

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles