Alicia Keys bannit les téléphones portables de ses concerts

Les spectateurs des concerts d’Alicia Keys ne pourront plus partager les images prises avec leurs téléphones lors de ces événements.[LARRY BUSACCA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

La chanteuse Alicia Keys a décidé de bannir les téléphones portables de ses concerts pour éviter que des extraits ne soient divulgués et pour permettre à ses fans de profiter au maximum du moment.

L’initiative ne plait pas à tous ses fans, et pourtant, la chanteuse Alicia Keys a rejoint la liste des artistes qui organisent désormais des concerts «free-phone», comprenez sans téléphones. À l’entrée, le personnel distribue des housses «Yondr», dans lesquelles les personnes assistant au concert doivent insérer leurs téléphones. Une fois dans la zone «free-phone», les housses se verrouillent et les téléphones sont inutilisables. En cas d’urgence, le téléphone vibre malgré tout, et le spectateur, s’il suspecte un appel important, peut sortir pour le prendre. 

A lire aussi : Fête de la musique : D17 partage ses bons plans

Déjà de nombreux adeptes

De plus en plus d’artistes utilisent cette technologie développée par Yondr, une société basée à San Francisco. C’est notamment le cas des humoristes Dave Chapelle ou Louis C.K, ou du groupe «The Lumineers». Les raisons qui motivent l’utilisation de cette technologie sont claires : les artistes en ont assez de voir chaque note de leurs concerts ou chaque blague de leurs spectacles être filmées et partagées sur les réseaux sociaux. D’autres, veulent simplement que le public profite de l’instant présent et ne soit pas uniquement préoccupé par la qualité des photos et vidéos qu’il prend. 

«Aller à un concert et se lâcher»

Yondr a été fondé par une ancienne star lycéenne du «soccer», Graham Dugoni, 29 ans. Il explique avoir eu l’idée de cette housse en voyant un homme danser lors d’un festival. «Il était assez ivre, et deux étrangers le filmaient pour se moquer de lui sur YouTube. Si un gars ne peut pas simplement aller à un concert et se lâcher, quelles conséquences pour toutes nos interactions sociales ?». Graham Dugoni a fini par convaincre de nombreux artistes de l’utilité de son invention, mettant notamment l’accent sur le fait que ces derniers pourraient maintenant jouer de nouveaux morceaux en concert sans qu’ils ne soient enregistrés et diffusés avant leur commercialisation. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles