Guillaume Gomez, chef de l'Elysée : "Il faut cuisiner selon les saisons"

Guillaume Gomez dans les cuisines de l'Elysée en 2013. [MARTIN BUREAU / POOL / AFP]

A l'occasion de la Fête de la gastronomie, qui se déroule du 26 au 28 septembre dans toute la France, Direct Matin a interviewé le parrain de l'événement, le chef des cuisines de l'Elysée, Guillaume Gomez.

 

Les Français mettent les petits plats dans les grands ce week-end pour la Fête de la gastronomie. Ateliers, dégustations, conférences... Près de 8 000 événements sont organisés partout en France entre aujourd’hui et dimanche pour célébrer les terroirs. Aux fourneaux, Guillaume Gomez, chef cuisinier de l’Elysées et parrain de cette 4e édition de l’événement, rêve de mettre la bonne cuisine à la portée de tous.

 

En quoi consiste votre rôle de parrain de la Fête?

Je suis là pour envoyer l’impulsion. Je participerai à plusieurs événements, comme le banquet bio ce vendredi 26 septembre au soir, et ou le pique-nique au Parc de Saint-Cloud dimanche, pour lequel j’ai diffusé en ligne des recettes de petits pots à préparer. 

 

Quel est le but de cet événement ?

Faire participer tout le monde ! Ce n’est pas juste la fête de la grande cuisine. On veut mettre en avant tout les acteurs. La Fête de la musique montre que la musique n’est pas qu’à l’opéra. Nous, on veut montrer que la gastronomie n’est pas que dans les trois étoiles.

 

Justement, comment bien manger au quotidien?

Il faut apprendre à cuisiner selon les saisons. Les gens ont tendance à manger la même chose toute l’année, quitte à payer plus cher les tomates en plein hiver. Alors que les produits locaux sont au juste prix et meilleurs quand on les achète au bon moment.

 

Dans ce cas, quels produits privilégier actuellement ?

Les marchés sont bien garnis en ce moment : les pêches de vigne, les courgettes... Mais aussi le panais ou les poireaux, qui sont des produits souvent délaissés, alors qu’on peut faire des merveilles avec.

 

Avec des émissions de cuisine, les chefs deviennent des stars. C’est une évolution positive ?

Il serait hypocrite de dire non. Ca a mis de la lumière sur le métier, les écoles sont pleines, la profession a gagné une certaine reconnaissance sociale. Après, il ne faut pas croire que ces émissions correspondent exactement à la réalité du métier.

 

Que recommanderiez-vous à un jeune qui veut se lancer dans la cuisine ?

Qu’il n’hésite pas à aller à la rencontre des professionnels. Il faut savoir que ces métiers sont quand même assez durs au début : on se coupe, on se brûle, on sent le poisson… Le week-end et les jours fériés, quand les autres s’amusent, on est souvent au travail… Il faut être conscient de tout ça et avoir une vraie vocation. Mais c’est un métier très gratifiant quand on l’exerce avec passion.

 

Fête de la Gastronomie, du 26 au 28 septembre dans toute la France. www.economie.gouv.fr/fete-gastronomie

À suivre aussi

Interview Vidéo - Tony Parker : «J’ai l’impression d’être né sous une bonne étoile»
Sophie Cluzel : « Il y a un problème de qualification chez les personnes handicapées. »
intégration Sophie Cluzel : « Il y a un problème de qualification chez les personnes handicapées »
Sébastien Chenu : « Cette réforme des retraites n'a pas de sens »
Politique Sébastien Chenu : «Cette réforme des retraites n'a pas de sens»

Ailleurs sur le web

Derniers articles