Le jour où la première ligne de métro a été ouverte

L’inauguration de la première ligne du Métropolitain s'est déroulée le 9 juillet 1900. [AFP]

Traverser la capitale d’ouest en est en une trentaine de minutes, entre la Porte Maillot et la Porte de Vincennes, c’est l’expérience nouvelle vécue par les Parisiens en ce 19 juillet 1900, jour de l’inauguration de la première ligne du Métropolitain (actuellement la 1).

 

A 13h, les stations, dessinées dans un style Art nouveau par Hector Guimard, ouvrent au public. Les tickets oblitérés, les premiers passagers embarquent pour un voyage à près de 30 km/h. Le billet coûte alors 15 centimes d’anciens francs en seconde classe et 25 centimes pour la première.

Attendue depuis des années, la construction de ce chemin de fer d’un genre nouveau s’achève finalement sans grande cérémonie. Mis en service alors que l’Exposition universelle bat son plein, ce métro qui dessert les principaux sites de l’événement séduit rapidement les habitants de la capitale et les visiteurs. Un succès précédé par une gestation longue et difficile.

 

Dix-sept mois de travaux

Alors qu’à partir de la seconde moitié du XIXe siècle en Europe, Londres, Budapest ou Vienne s’équipent progressivement d’un réseau de transport souterrain, l’expansion démographique, industrielle et commerciale de Paris rend indispensable une nouvelle organisation des transports.

Pendant des années, l’étude de projets plus ou moins réalistes et d’interminables discussions entre l’Etat et la ville vont retarder le début du chantier. Une question fait débat : faut-il prolonger les grandes voies ferrées déjà existantes ou créer un nouveau réseau indépendant et desservant exclusivement la capitale ?

Confrontées aux mauvaises conditions de circulation et à l’approche de l’Exposition universelle de 1900, les autorités retiennent finalement la seconde solution. Le métro sera souterrain, à traction électrique, avec un gabarit réduit de 2,40 mètres de large. La ville est chargée de la réalisation de l’ouvrage qui débute en octobre 1898.

Conduits sous la direction de l’ingénieur des ponts et chaussées Fulgence Bienvenüe, les travaux sont menés en un temps record, dix-sept mois seulement. Prolongée en 1934 jusqu’à Château de Vincennes, Pont de Neuilly en 1937 et La Défense en 1992, la ligne 1 a été la première à circuler sur pneumatique puis, sur le modèle de la jeune ligne 14, à être entièrement automatisée. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles