Immobilier : Paris un peu plus abordable

Le prix moyen du mètre carré dans la capitale s'établit à 7960 euros au quatrième trimestre 2014.[Wikimedia / Jean-Pierre Lavoie]

Dans la capitale, les prix dégonflent et les biens deviennent plus accessibles.

 
Le marché immobilier a en effet connu une nouvelle baisse ces derniers mois à Paris, pour s’établir en moyenne à 7 960 euros le mètre carré au 4e trimestre 2014, sous la barre symbolique des 8 000 euros, selon la Chambre des notaires de Paris. C’est 180 euros de moins que l’an dernier à la même période.
 
Et selon les dernières estimations des notaires, le prix moyen devrait s’établir autour de 7 840 euros le mètre carré au mois d’avril. Cela revient à dire qu’il faut débourser environ 390 000 euros en moyenne pour devenir propriétaire d’un appartement parisien de 50 mètres carrés. C’est mieux qu’il y a un an (415 000 euros), mais encore loin des 150 000 euros nécessaires il y a une dizaine d’années pour ce type de bien.
 
 
Un marché de pénurie
 
Les tarifs de la pierre baissent mais restent donc élevés. La raison : il y a peu de logements disponibles alors que la demande ne faiblit pas. Cela concerne surtout les petites surfaces (deux ou trois pièces), qui demeurent aussi les plus abordables.
 
Sans surprise, c’est dans le centre de Paris que les biens sont les plus chers – autour de 10 000 euros le mètre carré – mais c’est aussi là où la baisse des prix est la plus forte (jusqu’à 7,4 % dans le 4e). MeilleursAgents.com, selon une de ses récentes études, estime qu’il faut débourser en moyenne 17 392 eu­­ros le mètre carré sur la très chic avenue Montaigne (8e) et 15 299 eu­­ros sur le quai d’Orsay (7e).
 
 
Le nord-est, plus accessible
 
A contrario, ce sont dans les arrondissements extérieurs, principalement dans le nord et l’est, que les prix sont les plus bas. Acheter dans le 19e revient en effet à 6 620 eu­ros le mètre carré en moyenne, même si l’écart de prix peut être important selon les quartiers plus populaires.
 
Le constat est le même dans le 20e, le deuxième arrondissement le moins cher de Paris avec 6 890 euros le mètre carré. Les arrondissements extérieurs ont néanmoins bénéficié ces dernières années des politiques en faveur du renouveau urbain. Le tramway, la multiplication des espaces verts et la construction de bâtiments neufs en témoignent.
 
 
La banlieue, une solution
 
L’autre possibilité pour devenir propriétaire à Paris, c’est de miser sur le Grand Paris. Juste de l’autre côté du boulevard périphérique, Clichy (92), Montreuil (93) ou encore Montrouge (92) apparaissent déjà comme trop chers, avec des prix proches de ceux observés intra-muros.
 
En pleine mutation, Aubervilliers fait figure d’exception avec un prix moyen de 3 080 euros, selon les notaires franciliens. Autrement, il faut voir plus loin. A Rosny-sous-Bois (93) et à Créteil (94), par exemple, le mètre carré se négocie en moyenne autour de 3 000 euros. Et à ce prix-là, la capitale n’est qu’à six petits kilomètres.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles