Valérie Belin, le vrai du faux

Portraits doués de vie ou complètement factices, les mannequins de Valérie Belin interpellent.[H. Veronèse / Centre Pompidou]

La photographe française expose au Centre Pompidou à Paris des images déroutantes qui interrogent les concepts de vie et de fixité.

 
Leurs beaux yeux en amande sont impeccablement dessinés, leurs sourcils épilés, la poitrine parfaite et la peau lisse. Une beauté presque effrayante. Elles s’appellent Ananké, Electra, Junita… Des prénoms exotiques qui siéent à leur statut de mannequin.
 
Pourtant, les "Super Models" que Valérie Belin saisit sont toutes en plastique. Des corps-simulacres dont elle parvient à nous laisser croire qu’elles sont animées.
 
 
Images captieuses
 
D’anciennes séries de la photographe également exposées jouent sur la même confusion. Des portraits de culturistes, de transsexuels, de mariées, bien vivants cette fois, mais tellement léchés qu’ils en deviennent statufiés.
 
Avec ces créatures illusoires, ces images captieuses, l’artiste invite à une réflexion profonde sur l’âme et le toc, la chair et la camelote.
 
Les images intranquilles, Valérie Belin, jusqu’au 14 septembre, Centre Pompidou (4e). 
 

Vous aimerez aussi

L'exposition Vasarely au Centre Pompidou
découverte L'exposition Vasarely au Centre Pompidou
Paris Des visites privées organisées au Centre Pompidou, via Airbnb
idées sorties Les derniers jours pour 5 expos incontournables à Paris

Ailleurs sur le web

Derniers articles