Bruno Barbey, le voyageur jamais égaré

Bombardement américain après la bataille de An Lac, Vietnam du Sud, 1972.[© Bruno Barbey]

La Maison Européenne de la Photographie expose une rétrospective fascinante consacrée au photoreporter Bruno Barbey.

Il a fait le Vietnam ou le Koweit, comme on le dit d’un combattant. Pourtant, Bruno Bar­bey, photoreporter affilié depuis cinquante ans à l’agence Magnum, refuse l’étiquette de journaliste de guerre. Ni affamé de scoop ni envoyé spécial éclair, Barbey, né au Maroc en 1941, a capturé son époque en caméléon nomade.

Ses images, subtiles et jamais misérabilistes, placent le spectateur au cœur de l’événement : en pleine guerre des Six jours, à Paris en Mai 68, au centre des grèves de Solidarnosc. Mais il dépeint aussi des scènes banales dans des pays en développement : Egypte et Pologne hier, Brésil ou Chine plus récemment. Avec une économie d’effets, le sens aigu du geste ou du regard qui en dit long, son travail forme une mosaïque sensible de vies désireuses de s’affranchir.

Bruno Barbey : Passages, jusqu’au 17 janvier, Maison européenne de la photographie (4e).

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles