Réfugiés syriens : Angelina Jolie remercie les Libanais

L'actrice américaine Angelina Jolie, envoyée spéciale du chef du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), a remercié jeudi pour leur "générosité" les Libanais qui ont accueilli chez eux des réfugiés syriens. [AFP] L'actrice américaine Angelina Jolie, envoyée spéciale du chef du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), a remercié jeudi pour leur "générosité" les Libanais qui ont accueilli chez eux des réfugiés syriens. [AFP]

L'actrice américaine Angelina Jolie, envoyée spéciale du chef du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), a remercié jeudi pour leur "générosité" les Libanais qui ont accueilli chez eux des réfugiés syriens.

"J'étais très touchée aujourd'hui de rencontrer une nouvelle fois des familles syriennes. Je les ai rencontrées ici, pas dans un camp mais dans des maisons où elles sont accueillies et protégées", a indiqué la star à la presse lors de son passage à Beyrouth après avoir rencontré ces familles dans la Békaa (est).

"Je sais que les Libanais font face à leurs propres problèmes (...) donc leur générosité et leur gentillesse ont d'autant plus de sens et j'espère que le monde en est conscient", a-t-elle signalé.

Elle-même mère de six enfants, elle a dit avoir rencontré trois Syriennes qui ont fait seules avec leurs enfants le trajet entre la Syrie et le Liban.

"Elles étaient très émues et en même temps, elles étaient très reconnaissantes et voulaient que j'exprime leur gratitude au peuple libanais".

L'actrice a également visité une école subventionnée par l'ONG Save the Children qui accueille des enfants ayant raté deux années scolaires en raison des violences.

"Ils sont maintenant en cours de réinsertion et ils sont très, très contents d'être de retour à l'école", a-t-elle dit.

Le gouvernement libanais avait écarté la possibilité d'établir des camps, comme c'est le cas en Turquie, pour accueillir les plus de 66.000 réfugiés syriens présents sur son territoire, notamment à sa frontière nord.

"Les camps sont toujours la dernière alternative. Si la question des réfugiés peut être réglée sans qu'il y ait besoin d'établir des camps de réfugiés, c'est une chose positive", a affirmé la porte-parole du HCR Melissa Fleming, lors de la même conférence de presse. "Si le nombre (de réfugiés) augmente, les plans seront à revoir", a-t-elle cependant ajouté.

"Le Liban a gardé ses frontières ouvertes, les Libanais ont gardé leurs maisons ouvertes et leur coeur ouvert à leurs frères et soeurs venus de Syrie, c'est un exemple pour le monde", a affirmé pour sa part le patron du HCR, Antonio Guterres.

Mme Fleming a souligné cependant qu'un grand nombre de familles accueillaient des familles avec rien en échange et que "cela n'est pas durable à long terme".

Angelina Jolie s'était rendue mardi dans un camp de réfugiés syriens en Jordanie. Elle est attendue jeudi en Turquie pour rencontrer de nouveau des réfugiés syriens, a indiqué un diplomate turc à l'AFP.

Le nombre de réfugiés syriens dans les pays limitrophes a dépassé le cap des 250.000, avait déploré mardi le HCR.

À suivre aussi

Air France suspend « tout survol des espaces aériens iranien et irakien »
Conflit Air France suspend «tout survol des espaces aériens iranien et irakien»
Conflit Libye : au moins 28 morts dans un raid contre une école militaire à Tripoli
Depuis un an environ, des milliers de citoyens ordinaires, sans lien avec des milices, manifestent obstinément et massivement contre leur gouvernement, en Iran comme en Irak.
International Iran et Irak : une histoire de deux dissidences citoyennes

Ailleurs sur le web

Derniers articles