Delajoux évoque les problèmes d'alcool de Johnny

Le docteur Stéphane Delajoux pose le 8 janvier 2010 à Paris [Olivier Laban-Mattei / AFP/Archives] Le docteur Stéphane Delajoux pose le 8 janvier 2010 à Paris [Olivier Laban-Mattei / AFP/Archives]

Le docteur Stéphane Delajoux a évoqué vendredi, lors d'un procès en diffamation contre l'ancien producteur de Johnny Hallyday, le rôle que l'alcool aurait joué dans les complications qui avaient suivi l'opération du chanteur fin 2009.

A la barre, le chirurgien a expliqué qu'après avoir été opéré à Paris, Johnny n'avait "pas voulu respecter (ses) consignes". "Il était très alcoolisé" et voulait à la suite de l'opération retourner à la Maison du caviar pour y boire de la vodka, a-t-il affirmé. "C'était impossible" de le retenir, a-t-il expliqué.

Le chirurgien a regretté de ne pas avoir pris de mesures comme une anesthésie générale, pour empêcher le patient de quitter la clinique, ce qui lui aurait évité d'avoir été la cible des attaques qui l'ont visé par la suite. Quelques jours après l'opération à la clinique Monceau à Paris, Johnny avait dû être de nouveau opéré à Los Angeles.

Le docteur Delajoux a expliqué que Johnny avait "décidé de ne plus boire d'alcool" pendant sa convalescence aux Etats-Unis. Mais dans les "48 premières heures", "un syndrome de sevrage s'est installé", a-t-il affirmé, évoquant "sudation", "tremblements" et "manque".

La santé de Johnny Hallyday est devenue un sujet médiatiquement sensible depuis son hospitalisation en 2009 aux Etats-Unis. Après avoir été opéré à Paris d'une hernie discale, il avait dû être hospitalisé en urgence à Los Angeles à la suite de complications. Le rockeur avait frôlé la mort et avait été contraint d'annuler une série de concerts présentés comme sa tournée d'adieu.

Mais après une longue convalescence et une période de dépression, il était revenu sur le devant de la scène.

 

Vous aimerez aussi

Justice Tariq Ramadan a reconnu des relations sexuelles «consenties» avec deux femmes qui l'accusent de viol
Faits divers Professeure braquée avec une arme factice à Créteil : le lycéen mis en examen
L'islamologue suisse Tariq Ramadan le 26 mars 2016 à Bordeaux [MEHDI FEDOUACH / AFP/Archives]
Justice Enquête pour viol : Tariq Ramadan, contredit par des SMS, présente aux juges sa nouvelle défense

Ailleurs sur le web

Derniers articles