Sardou "quitterait probablement la France" s'il avait 25 ans

Michel Sardou le 12 décembre 2012 à Bercy à Paris [Pierre Verdy / AFP/Archives] Michel Sardou le 12 décembre 2012 à Bercy à Paris [Pierre Verdy / AFP/Archives]

Le chanteur Michel Sardou, 66 ans, indique dans une interview publiée samedi qu'il "quitterait probablement la France" s'il avait 25 ans, "trouve normal" de payer des impôts et se déclare "favorable" au mariage gay.

"On nous a enlevé l'envie de prendre des risques. Si j'avais 25 ans, je quitterais probablement la France", déclare Michel Sardou au quotidien Le Figaro, jugeant que le projet d'imposition à 75% des hauts revenus par François Hollande "était une connerie".

"Hollande a voulu ça en réaction au bouclier fiscal de Sarkozy. Nos hommes politiques manquent de bon sens", juge-t-il.

Mais le chanteur, qui se produira en juin à Paris, à l'Olympia, estime "normal" de payer des impôts.

"Je paye mes impôts en France et je trouve ça normal. Je ne me vois pas dans un paradis fiscal, le cul assis dans le sable à regarder passer les yachts. Je n'ai jamais eu de compte en Suisse. Mais je n'accepte pas que l'on me désigne comme un +ennemi+ sous prétexte que je gagne bien ma vie", explique-t-il.

Michel Sardou est pour le mariage homosexuel: "Je suis favorable au mariage gay. En tant qu'hétérosexuel marié, cela ne m'enlève absolument rien. Je ne me sens pas déshonoré de partager ce droit. Pourquoi les homos feraient-ils de moins bons parents? Ou de meilleurs, d'ailleurs? Ceux qui s'opposent à cette réforme au nom de l'enfant devraient être cohérents avec eux-mêmes et demander l'interdiction du divorce."

En 2010, Michel Sardou avait affirmé avoir été "convoqué" par Nicolas Sarkozy à l'Elysée, après avoir déclaré qu'il ne le soutenait plus, et avait laissé entendre qu'il pourrait voter à gauche à l'élection présidentielle de 2012. En fin de compte, le chanteur a dit avoir voté blanc "parce qu'il n'y croyait plus".

Dans Le Figaro, le chanteur estime "les Français un peu perdus", alors que "nos dirigeants donnent l'impression de naviguer à vue. Quelle que soit la couleur politique du président et du gouvernement, ils sont pieds et poings liés. Leur marge de manoeuvre paraît très faible".

À suivre aussi

BERTRAND GUAY / AFP
Fiscalité 40.000 fraudeurs fiscaux vont être livrés à la France par la Suisse
Prélèvement à la source : un milliard d'euros en plus pour l'Etat
Fiscalité Prélèvement à la source : un milliard d'euros en plus pour l'Etat
Pour connaître le montant précis de cette éventuelle baisse, il faut se connecter sur le simulateur de Bercy, disponible sur le siteimpots.gouv.fr, dans l'onglet «Particulier».
Fiscalité Un simulateur pour calculer sa baisse d’impôt sur le revenu

Ailleurs sur le web

Derniers articles