Mali : Valérie Trierweiler s'est rendue à Gao

Valérie Trierweiler, compagne du président François Hollande, le 7 mai 2013 à l'Elysée à Paris [Thibault Camus / Pool/AFP/Archives] Valérie Trierweiler, compagne du président François Hollande, le 7 mai 2013 à l'Elysée à Paris [Thibault Camus / Pool/AFP/Archives]

Valérie Trierweiler, compagne du président français François Hollande, s'est rendue "en visite humanitaire" jeudi à Gao, plus grande ville du nord du Mali occupée en 2012 par des jihadistes qui y ont commis de nombreuse exactions.

Un important dispositif de sécurité avait été mis en place pour cette visite dans une zone où les jihadistes sévissent encore parfois en y commettant des attentats-suicides.

Vêtue d'une chemise et d'un pantalon beiges, Valérie Trierweiler, accompagnée de Mintou Traoré, l'épouse du président malien de transition Dioncounda Traoré, a été accueillie par le gouverneur de la ville et des responsables de l'opération militaire française Serval dont le quartier général est à Gao.

Les deux Premières dames ont assisté à l'aéroport à une cérémonie de lancement d'un programme malien d'appui au retour à Gao de personnes ayant fui la guerre dans le nord du Mali, occupé pendant plusieurs mois en 2012 par des groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Une vue de la base de l'armée française à Gao, le 26 avril 2013 [Martin Bureau / AFP]
Photo
ci-dessus
Une vue de la base de l'armée française à Gao, le 26 avril 2013
 

"Je voudrais saluer les populations de Gao qui commencent par revenir. Je voudrais aussi remercier les femmes de l'opération Serval", a déclaré Mme Trierweiler. "J'insiste sur le caractère humanitaire de cette visite", a-t-elle ajouté en annonçant que la France mettait "500.000 euros à la disposition des agriculteurs" de la région de Gao.

Les jihadistes ont été en grande partie chassés de la région par l'intervention militaire française entamée le 11 janvier avec l'armée malienne et d'autres armées africaines. Mais des groupes "résiduels" continuent à y commettre des attentats suicides, en particulier dans la région de Gao.

Après la cérémonie à l'aéroport, Mme Trierweiler et Mme Traoré ont visité une école et l'hôpital de Gao sous les cris et les applaudissements des habitants de la ville. Elle sont rentrées en fin d'après-midi à Bamako où la compagne du chef de l'Etat français doit rester jusqu'à vendredi soir.

L'entourage de la Première dame française avait indiqué qu'elle s'intéresserait pendant son voyage de 48 heures au Mali au soutien aux enfants et aux femmes, mais aussi aux populations déplacées par la guerre.

A son arrivée mercredi soir à Bamako, Valérie Trierweiler avait estimé que sa venue était "un très beau symbole" alors que MM. Hollande et Traoré étaient mercredi à Bruxelles pour assister à une conférence des donateurs qui a promis plus de 3 milliards d'euros pour le Mali.

Elle avait ajouté être "très, très heureuse d'être là" à l'invitation que lui avait lancée Mintou Traoré lors d'un récent passage à Paris.

Vous aimerez aussi

Sébastien Chadaud-Pétronin pose près d'une photo de sa mère, la Française Sophie Pétronin, otage au Mali depuis plus de 20 mois, le 29 août 2018 à Bordeaux [MEHDI FEDOUACH / AFP/Archives]
Mali Dans une vidéo, l'otage Sophie Pétronin en appelle à Emmanuel Macron
Le fils de Sophie Pétronin va aller voir sa mère
otage Le fils de Sophie Pétronin va se rendre au Mali
Mali Bavure française au Mali lors d'une opération anti-jihadiste

Ailleurs sur le web

Derniers articles