Début du procès de Depardieu, en l'absence de l'acteur

Gérard Depardieu à Moscou, le 22 février 2013 [Andrey Smirnov / AFP/Archives] Gérard Depardieu à Moscou, le 22 février 2013 [Andrey Smirnov / AFP/Archives]

La justice parisienne a commencé vendredi à juger Gérard Depardieu pour conduite en état d'ivresse, en l'absence du prévenu pris par un tournage en Tchétchénie.

Seul son avocat, Me Eric de Caumont, s'est présenté devant le tribunal correctionnel, dont l'unique juge examinant l'affaire a déclaré Gérard Depardieu comme "domicilié actuellement en Belgique". Me de Caumont n'a pas commenté l'absence de son célèbre client occupé par un tournage de film à Grozny (Tchétchénie), plaidant immédiatement ses arguments visant à faire annuler la procédure.

La présence de l'acteur n'était pas obligatoire pour que l'audience du tribunal correctionnel puisse se tenir.

Gérard Depardieu, 64 ans, qui a obtenu la nationalité russe en janvier après avoir acquis une résidence à Néchin (Belgique), devait initialement comparaître en décembre dans le cadre d'une "comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité" (CRPC), une procédure simplifiée dite de "plaider coupable", dans laquelle la présence du prévenu est requise.

Son avocat l'avait excusé auprès des magistrats en expliquant qu'il était pris, déjà, par un tournage : celui du film d'Abel Ferrara sur l'affaire du Sofitel, dans lequel l'acteur incarne l'ancien patron du FMI Dominique Strauss-Kahn. Son absence répétée avait conduit au renvoi du dossier devant le tribunal correctionnel, qui avait ajourné l'affaire en avril pour des raisons de procédure.

Le 29 novembre 2012 à Paris, victime d'un accident de scooter sans gravité, il avait été contrôlé et présentait une alcoolémie d'1,8 g par litre de sang, alors que le taux autorisé en France est limité à 0,5 g.

La star du cinéma français encourt 4.500 euros d'amende et une peine pouvant aller jusqu'à deux ans de prison, en plus d'un retrait de six points du permis de conduire.

À suivre aussi

Terrorisme L'Onu dénonce les procès «inéquitables» des jihadistes français en Irak
Les envois par la poste de ces bombes artisanales, pour lesquels Cesar Sayoc avait plaidé coupable en mars, avaient suscité une inquiétude à l'échelle nationale.
Justice Etats-Unis : 20 ans de prison pour des colis piégés envoyés à des anti-Trump
Des victimes d'abus sexuels et leurs proches manifestent avant le procès des deux prêtres et du jardinier, le 5 août 2019 à Mendoza, dans l'ouest de l'Argentine  [Andres Larrovere / AFP]
Justice Argentine : début d'un procès de prêtres accusés d'agressions sexuelles sur des enfants sourds

Ailleurs sur le web

Derniers articles