Depardieu jugé à Paris pour conduite en état d'ivresse mais retenu en Tchétchénie

Gérard Depardieu à Saransk le 23 février 2013 [Andrey Smirnov / AFP/Archives] Gérard Depardieu à Saransk le 23 février 2013 [Andrey Smirnov / AFP/Archives]

Le comédien français Gérard Depardieu doit être jugé ce vendredi à Paris pour conduite en état d'ivresse, lors d'une audience déjà reportée trois fois à laquelle il n'assistera pas, en raison d'un tournage en Tchétchénie.

"Très occupé à Grozny", capitale de la Tchétchénie, où il a débuté cette semaine le tournage d'un film avec l'actrice britannique Elizabeth Hurley, l'acteur de 64 ans ne sera pas présent au procès prévu à partir de 9h00, a déclaré son avocat Me Eric de Caumont à l'AFP.

"Il m'a chargé de le représenter devant le tribunal où il souhaite être jugé, comme il l'a toujours affirmé", a ajouté l'avocat.

La présence de l'acteur n'est pas obligatoire pour que l'audience du tribunal correctionnel puisse se tenir. Me de Caumont a indiqué avoir pris "toute disposition pour que le procès ait lieu vendredi et si rien d'autre ne s'y oppose, il aura lieu".

L'acteur, qui a obtenu la nationalité russe en janvier, devait initialement comparaître en décembre dans le cadre d'une "comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité" (CRPC), une procédure simplifiée dite de "plaider coupable", dans laquelle la présence du prévenu est requise.

Son avocat l'avait excusé auprès des magistrats en expliquant qu'il était pris, déjà, par un tournage : celui du film d'Abel Ferrara sur l'affaire du Sofitel, dans lequel l'acteur incarne l'ancien patron du FMI Dominique Strauss-Kahn. Son absence répétée avait conduit au renvoi du dossier devant le tribunal correctionnel, qui avait ajourné l'affaire en avril pour des raisons de procédure.

Le 29 novembre 2012 à Paris, victime d'un accident de scooter sans gravité, il avait été contrôlé et présentait une alcoolémie d'1,8 g par litre de sang, alors que le taux autorisé en France est limité à 0,5 g.

La star du cinéma français encourt 4.500 euros d'amende et une peine pouvant aller jusqu'à deux ans de prison, en plus d'un retrait de six points du permis de conduire.

À suivre aussi

Justice Mort du petit Tony à Reims : que risque-t-on en cas de non-dénonciation ?
Un agent de l'agence américaine de lutte contre la drogue (DEA) examine des médicaments confisqués contenant du fentanyl, le 8 octobre 2019 dans un laboratoire de New York [Don Emmert / AFP]
Justice Etats-Unis : les grands laboratoires en procès pour la crise des opiacés
Justice Procès Balkany : Patrick Balkany relaxé pour «corruption» mais condamné à 5 ans de prison pour «blanchiment»

Ailleurs sur le web

Derniers articles