Elton John veut que les consommateurs de drogues injectables soient aidés

Le chanteur Elton John, le 3 mai 2013 à Century City en Californie [Jason Merritt / Getty Images/AFP/Archives] Le chanteur Elton John, le 3 mai 2013 à Century City en Californie [Jason Merritt / Getty Images/AFP/Archives]

Sir Elton John a réclamé de la compassion pour les utilisateurs de drogues injectables, estimant que "la stigmatisation et la criminalisation" les privaient de leur humanité et les condamnaient à l'addiction et à la maladie.

Dans un échange de mail avec l'AFP, la pop star britannique a souligné que des aiguilles propres et des traitements de substitution pouvaient aider les personnes qui s'injectent des drogues à limiter le risque d'overdose et d'infection par le sida et les amener à surmonter leur addiction.

"Dans les années 80 et 90, nous avons vu le sida tuer des centaines de milliers de personnes alors que les gouvernements ne faisaient rien", a-t-il dit.

"Il était clair alors, et c'est toujours le cas aujourd'hui, que de nombreux gouvernements faisaient peu de cas des vies de leurs propres citoyens en raison d'une stigmatisation et d'une criminalisation inutiles des drogues et du sexe".

Le chanteur, qui dans le passé a reconnu devant la presse avoir pris des stupéfiants, était interrogé avant une Conférence internationale sur la réduction des risques qui doit s'ouvrir dimanche à Vilnius en Lituanie.

La fondation Elton John contre le sida soutient cette conférence qui rassemblera des centaines de chercheurs, de politiques, de professionnels de la santé et d'activistes.

La "réduction des risques" concerne les toxicomanes, l'un des groupes de population le plus exposé à une contamination par le sida.

La conférence, qui durera quatre jours au total, devrait se pencher sur certaines zones particulièrement touchées comme l'Europe centrale et orientale et l'Asie centrale qui comptent plus de 3,7 millions de personnes s'injectant des drogues, soit un quart des personnes utilisant des drogues par voie intraveineuse dans le monde.

Des progrès possibles

En Europe centrale et orientale où l'épidémie de sida est particulièrement virulente, les 3/4 des nouveaux cas sont liés à la consommation de drogues injectables.

Un kit jetable pour une injection de drogue [Lionel Bonaventure / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Un kit jetable pour une injection de drogue
 

En Russie, environ 1,5 million de personnes vivent avec le VIH contre 100.000 il y a dix ans.

Pour Elton John, la faute en revient aux responsables politiques qui en appellent à l'égoïsme plutôt qu'à la compassion.

"Des lois sont adoptées qui ignorent les pauvres, ne pardonnent pas à ceux qui enfreignent la loi et discriminent les immigrants et les minorités", relève-t-il.

Il estime toutefois que des progrès sont possibles, comme le montre l'exemple des Etats-Unis.

"Des politiciens conservateurs ont banni l'utilisation de fonds gouvernementaux pour les échanges de seringues. Mais les gouvernements locaux modifient les lois pour réduire les restrictions sur les ventes de seringues en pharmacie, permettre aux gens de détenir légalement des seringues et grâce à la réforme nationale du système de santé, il y aura un meilleur accès aux soins médicaux, aux traitements de substitution aux opiacés et à la prévention des overdoses", affirme-t-il.

L'artiste ajoute que sa fondation dépense un million de livres (770.000 euros) par an pour réduire les risques liés aux toxicomanies aux Etats-Unis, principalement par l'accès aux seringues.

Chacun peut, selon Elton John, faire un mauvais choix à un moment donné ou se trouver confronté à une situation l'exposant à un risque ou le conduisant à nuire à autrui, comme dans la conduite dangereuse, le tabagisme, l'alcoolisme ou la dépression. "Personne n'est parfait", dit-il.

Vous aimerez aussi

Des membres de la Croix Rouge guinéenne à Conakry, lors d'une campagne de sensibilisation aux dangers du virus Ebola, le 11 avril 2014 [Cellou Binani / AFP/Archives]
AfSud Guinée: l'épidémie de fièvre Ebola "sous contrôle"
santé Une Italienne enceinte des jumeaux d'une autre par erreur
Les présidents français François Hollande (c) et mexicain Enrique Pena Nieto (d), la ministre française de la Culture et la Communication Aurélie Filippetti (g) sur le site archéologique de Teotihuacan le 11 avril 2014, au Mexique [Alain Jocard / AFP]
Diplomatie Hollande souligne le retard à combler dans les relations avec le Mexique

Ailleurs sur le web

Derniers articles