La chanteuse Kesha revient sur sa lutte contre l'anorexie

[David Becker / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Dans un article du magazine de musique américain Rolling Stone intitulé «La libération de Kesha», la chanteuse revient sur l'anorexie dont elle a souffert pendant plusieurs années.

Kesha a sorti un troisième album cet été, intitulé «Rainbow» («arc-en-ciel»). Le 4 octobre, le très reconnu Rolling Stone lui a consacré un long entretien dans lequel le journaliste rappelle qu'à «30 ans, elle se remet d'un trouble alimentaire qui a falli la tuer».

Pendant plusieurs années, la chanteuse croyait devoir faire un certain poids, et raconte avoir reçu des pressions de son entourage sur le sujet, notamment de Dr. Luke, son ex-producteur, qui l'aurait appelée «P***** de gros réfrigérateur», ce que ce dernier dément. «Je pensais réellement que je ne devais rien manger» raconte Kesha au magazine.

Alors qu'elle se sentait si honteuse de manger et avoue qu'elle se faisait vomir, elle raconte : «plus je devenais malade, plus les gens autour de moi me complimentaient sur mon physique». Aux diners, elle faisait semblant de manger et se débrouillait pour cacher la nourriture dans son assiette, tout en ayant très peur que ses amis découvrent le plat du jour dans une poubelle ou un buisson, «je ne savais même plus comment manger».

«Je me sens enfin moi-même»

Affaiblie physiquement et psychologiquement, elle finit par entrer dans un centre spécialisé qui l'aidera à sortir de cette anorexie sévère, lui sauvera la vie selon ses proches.

Avec ce nouvel album, Kesha assure : «je me sens enfin moi-même, pour la première fois». Rolling Stone le désigne comme «l'un des meilleurs albums de l'année», et il a été placé numéro 1 du classement Billboard dès sa sortie.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles