La réalisatrice Catherine Breillat s'en prend au mouvement #MeToo et à Asia Argento

Depuis cette polémique, le podcast a été supprimé. [Matt Carr / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Invitée à s'exprimer lors d'un podcast américain, la cinéaste française Catherine Breillat a fustigé les mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc, avant de s'en prendre à l'actrice Asia Argento. 

La réalisatrice d'«Anatomie de l'enfer» était invitée sur «Murmur Radio», lorqu'elle s'est livrée sur la chute de l'ancien magnat d'Hollywood, Harvey Weinstein, affirmant que «les Européens ont beaucoup perdu» avec cet événement. 

Elle a ajouté que, selon elle, les mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc ont été créés par «vengeance» et sont comparables au système de dénonciation des juifs au cours de la Seconde Guerre mondiale : «C'est trop facile d'accuser anonymement via des hashtags, nous avons un système judiciaire», s'est-elle indignée. «Et la France aussi a une histoire avec "balance ton juif"». 

Asia Argento, «un traître»

L'une des victimes d'Harvey Weinstein, l'actrice italienne Asia Argento, s'est particulièrement attirée les foudres de Catherine Breillat pendant ce podcast. «S'il y a quelqu'un que je ne crois pas, c'est bien Asia Argento. Elle est un mercenaire et un traître [...] Asia est capable de se défendre, elle n'est pas farouche lorsqu'il s'agit de sexe. Elle a beaucoup de désir pour les hommes et les femmes. Donc je ne la crois pas», a-t-elle déclaré. 

D'après elle, ce mensonge serait dû à une «aigreur», une «frustration» de la comédienne pour ne pas être devenue «une grande actrice à Hollywood». 

Suite à cette accusation, Asia Argento a répondu à la réalisatrice française, avec qui elle avait travaillé en 2007 pour le film «Une vieille maîtresse». 

«Les Françaises sont les pires»

«Catherine Breillat est la réalisatrice la plus sadique et cruelle avec laquelle j'ai jamais travaillé. Elle prenait un malin plaisir à humilier ses acteurs et son équipe»

Dans un autre tweet, elle a expliqué être «à la fois attristée et énervée par ces "féministes" auto-proclamées de la vieille école et leur manque d'humanité envers la souffrance des autres femmes». «Les Françaises sont les pires», a-t-elle conclu.

Depuis cette polémique, le podcast diffusé sur Murmur Radio a été supprimé.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles