ASAP Rocky jugé en Suède : Donald Trump accuse le pays d'avoir «laissé tomber» les noirs américains

L'affaire A$AP Rocky contrarie le président des États-Unis, Donald Trump qui s'en est pris au Premier ministre suédois, Stefan Löfven (au centre).[THOMAS SAMSON, DAVID MCNEW, Roberto SCHMIDT / AFP]

Apportant son soutien depuis quelques jours au rappeur A$AP Rocky, bientôt jugé en Suède pour violences, le président Donald Trump a exprimé son mécontentement sur son compte Twitter.

A la demande de Kanye West, le chef d’État américain s’est investi dans cette affaire médiatisée si bien qu’il a directement ciblé le Premier ministre suédois dans un tweet. Selon lui ce dernier, qui a refusé d’accorder un traitement de faveur au rappeur, n’a pas agi de manière correcte. Il accuse notamment la Suède d’avoir «laisser tomber» les Noirs américains.

Donald Trump se dit «très déçu par le Premier ministre suédois Stefan Löfven, qui n’a pas pu agir». «La Suède a laissé tomber notre communauté noire américaine» a-t-il poursuivi.

Donald Trump exige la libération d’A$AP Rocky

«Rendez à A$AP Rocky sa LIBERTÉ. Nous faisons tellement pour la Suède mais il semble que ce ne soit pas réciproque. La Suède devrait se concentrer sur son problème lié à la vraie délinquance !», a-t-il dénoncé.

Pour rappel, le rappeur - Rakim Mayers de son vrai nom - a été placé en détention au début du mois de juillet après avoir pris part à une bagarre dans les rues de Stockholm. Depuis l’artiste plaide la légitime défense.

Dans cette affaire, Donald Trump défend le rappeur en affirmant que ce dernier n’est pas le bourreau mais bien la victime. «J’ai regardé les vidéos d’A$AP Rocky, il était suivi et harcelé par des fauteurs de troubles», a-t-il écrit dans son tweet.

Face à ces attaques, l’ambassadrice suédoise aux États-Unis a réagi sur Twitter en affirmant que «tout le monde était égal devant la loi en Suède». «Le gouvernement ne peut pas, et n’essaiera pas, d’influencer une procédure judiciaire», a-t-elle déclaré.

Trois audiences sont fixées le 30 juillet, le 1er et le 2 août prochain au tribunal de Stockholm. Le rappeur risque une peine de deux ans de prison ainsi qu'une amende.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles