Delanoë furieux contre une baisse des crédits de l'Etat pour le logement social à Paris

Le maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, a vivement déploré mardi une "baisse inacceptable", selon lui, des crédits de l'Etat pour le logement social à Paris, estimant que l'enveloppe allouée à Paris pour 2012 révèle une baisse des crédits de presque 30% en trois ans[AFP/Archives]

Le maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, a vivement déploré mardi une "baisse inacceptable", selon lui, des crédits de l'Etat pour le logement social à Paris, estimant que l'enveloppe allouée à Paris pour 2012 révèle une baisse des crédits de presque 30% en trois ans.

Le maire de Paris a piqué cette colère dans un communiqué mardi, quelques jours après avoir reçu l'enveloppe 2012 des crédits d'Etat dédiés à la collectivité pour le logement social.

"L'enveloppe notifiée par l'État à la collectivité parisienne pour 2012 s'établit à seulement 90 millions, soit une baisse de 29% en 3 ans", a-t-il écrit.

Selon lui, "les crédits délégués par l'État aux collectivités locales pour financer le logement social ont baissé de 40%, passant de 630 millions d'euros en 2010 à 450 millions d'euros en 2012. A Paris, ces crédits qui étaient de 127 millions en 2010, ont été ramenés à 100 millions en 2011".

Il rappelle s'être "engagé, dans le cadre du Plan Local de l'Habitat, à atteindre le taux de 20% de logements sociaux en 2014, soit 6 ans avant l'échéance fixée par la loi SRU".

"70% des Parisiens étant éligibles au logement social, le développement du parc social est donc ma priorité politique. Malgré le désengagement de l'État, nous financerons en 2012, 6.000 logements, en mobilisant 450 millions d'euros, soit des moyens financiers 5 fois supérieurs à ceux attribués par l'État au logement social dans la capitale", a-t-il ajouté.

Vous aimerez aussi

Photo distribuée par l'ONG SOS Méditerranée le 25 septembre 2018 montrant un migrant endormi sur le navire humanitaire Aquarius  [Maud VEITH / SOS MEDITERRANEE/AFP]
L'Aquarius accostera à Malte, ses migrants accueillis en France, Espagne, Portugal et Allemagne
Emmanuel Macron, dans une conférence de presse à l'assemblée générale de l'ONU ce mardi [STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP]
Macron dénonce "la loi du plus fort" à la tribune de l'ONU
Espace Ariane s'envole pour la 100e fois, mais la Guyane reste au sol

Ailleurs sur le web

Derniers articles