A J-40 du premier tour, le casting se précise

Le casting se précise, les écarts se resserrent: trois candidats, dont Marine Le Pen, ont assuré mardi qu'ils disposaient du sésame des 500 signatures, alors que Nicolas Sarkozy a été pour la première fois donné devant François Hollande au premier tour dans un sondage, avant qu'un autre le replace derrière.[AFP]

Le casting se précise, les écarts se resserrent: trois candidats, dont Marine Le Pen, ont assuré mardi qu'ils disposaient du sésame des 500 signatures, alors que Nicolas Sarkozy a été pour la première fois donné devant François Hollande au premier tour dans un sondage, avant qu'un autre le replace derrière.

LE FAIT DU JOUR

"A partir d'aujourd'hui, des millions de citoyens vont reprendre espoir", a proclamé la candidate du Front national, Marine Le Pen à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). La présidente du FN s'est rendue dans son fief après avoir annoncé officiellement qu'elle disposait des 500 parrainages nécessaires pour se présenter devant le suffrage des Français.

"Il me manque encore une quinzaine de signatures", avait-elle dit dimanche, faisant durer le suspense jusqu'au bout.

A trois jours de la date-limite du dépôt des candidatures vendredi devant le Conseil constitutionnel, deux autres candidats, Philippe Poutou (NPA) et Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République), ont aussi affirmé être en mesure de se présenter.

Les porte-parole d'Eva Joly (EELV) ont assuré que l'ex-juge irait jusqu'au bout de sa candidature alors que le député écologiste Noël Mamère s'est interrogé sur son maintien alors que l'ex-rivale de Nicolas Hulot est créditée de moins de 3% des intentions de vote.

LES PHRASES DU JOUR

- "C'est grotesque et je suis désolé que sur une grande chaîne comme TF1, on doive m'interroger sur les déclarations de M. Kadhafi ou de son fils" (Nicolas Sarkozy, interrogé lundi soir sur TF1 sur un éventuel financement de sa campagne de 2007 par Mouammar Kadhafi, selon le site Medipart).

- "Cela fait trente ans que l'on a le sketch des signatures (des candidats du Front national) à chaque élection. Il est maintenant derrière nous" (la porte-parole de Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet).

- "Beaucoup de gens disent que cette campagne est beaucoup trop longue. C'est une situation qui pourrait jouer en faveur des candidats alternatifs" (Laurent Fabius)

- "Ne vous laissez impressionner par rien. Ni par le déferlement des moyens de l'argent, ni par le cortège des images ou l'accumulation des sondages" (François Hollande)

LE SONDAGE DU JOUR

Selon un sondage Ifop Fiducial pour Europe 1/Paris-Match/Public Sénat réalisé après son meeting géant de Villepinte dimanche, le président candidat est crédité de 28,5% d'intentions de vote (+1,5) contre 27% (-1,5) à son rival socialiste. Au second tour, toutefois, M. Hollande le devancerait toujours haut la main avec 54,5% (-2) contre 45,5% (+2). C'est la première fois que Nicolas Sarkozy est placé devant François Hollande au premier tour.

Un autre sondage, TNS Sofres-Sopra Group pour i>TELE, publié mardi soir a replacé François Hollande en tête (30%, inchangé) devant Nicolas Sarkozy (26%, -2).

LES COULISSES

"10.000 mobilisateurs qui vont former 150.000 volontaires avec l'objectif final de frapper à 5 millions de portes": ce sont les chiffres de la mobilisation "d'une ampleur inédite" que le directeur de campagne de François Hollande, Pierre Moscovici, a annoncé mardi.

Arnaud Montebourg, arrivé 3e à la primaire socialiste, a été érigé au rang de "représentant spécial" du candidat François Hollande, tandis que Aquilino Morelle, qui était son directeur de campagne pour la primaire, prend le titre d'adjoint de Pierre Moscovici. M. Morelle, qui était la plume de Lionel Jospin, reste chargé des discours de Hollande.

LE BUZZ

- "Nicolas Le Pen": tel est le titre d'une tribune libre publiée mardi dans le Wall Street Journal, qui figure en tête des pages les plus populaires en Europe. "L'explosion de xénophobie chez le président français est très cynique", écrit le prestigieux journal financier, rappelant la récente phrase de Nicolas Sarkozy ("il y a trop d'étrangers" en France). Le WSJ assure que le chef de l'Etat fait preuve d'"illétrisme économique", car "seule l'immigration peut maintenir une population active assez importante pour supporter le coût des retraites et de la dépendance".

Vous aimerez aussi

L'ex-président brésilien  (2003-2011) Luiz Inacio Lula da Silva à Sao Bernardo do Campo le 7 avril 2018.  [Miguel SCHINCARIOL / AFP]
Brésil Lula dit à son parti qu'il est libre de trouver un autre candidat à la présidentielle
scrutin Costa Rica : Carlos Alvarado vainqueur de la présidentielle
élection Présidentielle en Egypte : Sissi réélu avec plus de 97,08% des voix

Ailleurs sur le web

Derniers articles