A Marseille, Hollande veut opposer sa "cohérence" aux annonces tous azimuts de Sarkozy

Trois jours après le grand rendez-vous de Nicolas Sarkozy à Villepinte, François Hollande devait contre-attaquer mercredi soir lors d'un meeting à Marseille en opposant "la cohérence de son projet" aux annonces tous azimuts de son adversaire.[AFP]

Trois jours après le grand rendez-vous de Nicolas Sarkozy à Villepinte, François Hollande devait contre-attaquer mercredi soir lors d'un meeting à Marseille en opposant "la cohérence de son projet" aux annonces tous azimuts de son adversaire.

Le candidat PS a indiqué dans la matinée à l'AFP vouloir délivrer dans son discours "un message de cohérence". "Une campagne présidentielle c'est une ligne de force, ce n'est pas une virevolte ou une improvisation", a souligné celui qui ne cesse de dénoncer "la fuite en avant" du président sortant.

"Il va parler des quartiers, de la solidarité", du "vivre ensemble et de la laïcité", a-t-on souligné dans son équipe de campagne.

François Hollande va s'appliquer "à un travail de démythification de la campagne de Nicolas Sarkozy", a indiqué à l'AFP un de ses porte-parole, Bernard Cazeneuve.

Le candidat PS, qui a reçu mercredi matin à son QG son nouvel allié Jean-Pierre Chevènement avant de prendre l'avion pour la cité phocéenne, devait aussi marteler son credo: la mobilisation dès le 1er tour, alors que le candidat du Front de gauche tourne autour de 10% dans les sondages.

Quelque 6.000 à 7.000 personnes étaient attendues dans la salle de spectacle du Dôme, et des écrans géants installés à l'extérieur.

Le président de la région Paca Michel Vauzelle et l'ex-numéro un du PCF Robert Hue, devenu un des fervents soutiens de François Hollande, devaient intervenir en ouverture.

Parmi les invités prévus, Pierre Bergé, le comédien Christophe Malavoy, les acteurs du feuilleton marseillais "Plus belle la vie", et un des chanteurs du groupe "IAM", selon le staff du candidat.

L'encombrant président PS du conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini, dont la levée de l'immunité parlementaire doit être examinée jeudi par le Sénat, devait briller par son absence. M. Hollande a souhaité mercredi dans La Provence que la "justice passe", affirmant faire "confiance aux sénateurs pour prendre la bonne décision".

A moins de quarante jours de la présidentielle, alors que le duel Sarkozy-Hollande s'intensifie sur fond de sondages contradictoires, le député de Corrèze a annoncé mardi dans la Drôme "un temps nouveau" de sa campagne.

Pour contre-balancer la baisse de régime médiatique avec l'entrée en vigueur dans quelques jours de l'égalité de temps de parole entre les candidats, il compte intensifier et diversifier ses déplacements, "aller au contact des Français différemment" en multipliant "les réunions publiques", "les parcours pédestres", "les itinéraires".

Mardi à Valence, M. Hollande a d'ailleurs inauguré une nouvelle formule: le meeting en plein air.

Ce week-end, la campagne de porte-à-porte lancée par son équipe doit connaître un coup d'accélérateur, avec un nouveau tract résumant les engagements du candidat. Objectif: ouvrir d'ici le scrutin 5 millions de portes en formant quelques 150.000 volontaires. Cible principale: les abstentionnistes de gauche.

Avec cette "campagne à la Obama", dixit son équipe, il veut aller "au plus près des Français à leur rencontre", avec "une exigence de vérité, de crédibilité", explique M. Cazeneuve. "Incarner davantage encore, face au candidat qui divise en jouant sur les peurs, le candidat qui rassemble en suscitant l'espoir".

Avant son meeting marseillais, le candidat PS devait rencontrer dans un hôtel du Vieux-Port des représentants syndicaux de plusieurs entreprises en difficulté, ceux de Fralib, dont le site de Gémenos (Bouches-du-Rhône) est menacé de fermeture, ainsi que de LyondellBasell, NetCacao et de la SNCM.

Vous aimerez aussi

Une partisane de l'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva pendant une manifestation de soutien à l'ex-chef de l'Etat le 15 août 2018 à Brasilia [EVARISTO SA / AFP/Archives]
Élections L’ONU appelle le Brésil à autoriser Lula à se présenter à la présidentielle
Élection présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Élections Présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Le président-élu colombien Ivan Duque pendant la présentation de son livre "L'Archéologie de mon père" à Medellin, en Colombie le 10 juillet 2018 [JOAQUIN SARMIENTO / AFP]
Présidentielle Ivan Duque investi président de Colombie

Ailleurs sur le web

Derniers articles