Supprimer "race" de la Constitution: "ridicule", selon Sarkozy

Nicolas Sarkozy, interrogé mercredi par Europe 1 sur la suppression du mot "race" de la Constitution proposée le week-end dernier par François Hollande, a assuré que "le ridicule dépasse les bornes".[AFP]

Nicolas Sarkozy, interrogé mercredi par Europe 1 sur la suppression du mot "race" de la Constitution proposée le week-end dernier par François Hollande, a assuré que "le ridicule dépasse les bornes".

"Le ridicule dépasse les bornes", a lancé le candidat et président sortant. Il a observé que "le mot race est dans le préambule de la Constitution de 1946, qui est un texte sacré", "rédigé par les résistants, les gens sortis de la guerre et ont dit +plus jamais on ne veut de racisme+".

"Le jour où on aura supprimé le mot racisme, est-ce qu'on aura supprimé l'idée ? Enfin c'est absurde !", a-t-il asséné.

"Le problème n'est pas le mot, le problème, c'est la réalité", a tranché M. Sarkozy.

Samedi à Paris, dans un meeting consacré à l'Outre-mer, le candidat PS François Hollande a annoncé qu'il demanderait au Parlement, s'il est élu, "de supprimer le mot race de notre Constitution".

Vous aimerez aussi

Une partisane de l'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva pendant une manifestation de soutien à l'ex-chef de l'Etat le 15 août 2018 à Brasilia [EVARISTO SA / AFP/Archives]
Élections L’ONU appelle le Brésil à autoriser Lula à se présenter à la présidentielle
Élection présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Élections Présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Le président-élu colombien Ivan Duque pendant la présentation de son livre "L'Archéologie de mon père" à Medellin, en Colombie le 10 juillet 2018 [JOAQUIN SARMIENTO / AFP]
Présidentielle Ivan Duque investi président de Colombie

Ailleurs sur le web

Derniers articles