Eva Joly veut légaliser le cannabis

Eva Joly est candidate aux élections présidentielles pour Europe-Ecologie-Les Verts[BERTRAND GUAY / AFP]

Eva Joly, candidate EELV à la présidentielle, a préconisé vendredi la légalisation du cannabis pour "saper l'économie parallèle à la base" et donc lutter contre le trafic d'armes comme celles utilisées par Mohamed Merah dans les tueries de Toulouse et Montauban.

"L'idée que fermer les frontières nous permettrait de lutter contre le trafic d'armes est complètement illusoire", a dit sur France Info l'ex-juge d'instruction.

"EELV a une position très radicale, c'est de légaliser le cannabis pour saper cette économie parallèle à la base", a fait valoir Mme Joly.

"Le trafic est une ressource mafieuse qui permet de financer les ventes et les rachats d'armes", selon elle et cette légalisation serait "un premier stade qui permettrait de régler beaucoup de problèmes dans nos cités de banlieue".

Eric Ciotti, secrétaire national de l'UMP à la sécurité, a aussitôt dénoncé cette "proposition totalement irresponsable et démagogique". "Que pense François Hollande, qui a signé un accord électoral avec Europe Ecologie-Les Verts, de cette proposition, déjà formulée par M. (Daniel) Vaillant?", s'est-il interrogé dans un communiqué.

"Légaliser le cannabis reviendrait à dire aux Français: +droguez-vous en toute tranquillité, vous ne risquez rien+, et constituerait un signal ravageur sur l'autorité morale de l'Etat. Est-ce le modèle de société que le candidat socialiste veut pour la France? Son silence ne ferait que confirmer son approbation", a-t-il accusé.

Vous aimerez aussi

Élection présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Élections Présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Le président-élu colombien Ivan Duque pendant la présentation de son livre "L'Archéologie de mon père" à Medellin, en Colombie le 10 juillet 2018 [JOAQUIN SARMIENTO / AFP]
Présidentielle Ivan Duque investi président de Colombie
L'opposant et perdant de la présidentielle au Zimbabwe, Nelson Chamisa, Harare, 3 août 2018 [Jekesai NJIKIZANA / AFP]
Afrique Zimbabwe : le président élu défend une élection crédible, l'opposition crie à la fraude

Ailleurs sur le web

Derniers articles