Présidentielle: à J-30 du premier tour

La campagne électorale reprend ses droits, après avoir été éclipsée pendant trois jours par la tuerie de Toulouse et la traque de Mohamed Merah. Retour à Tulle pour le candidat PS François Hollande qui a présidé la dernière séance du Conseil général de Corrèze tandis que Nicolas Sarkozy arpentait lui Valenciennes, les terres de son ex-ministre Jean-Louis Borloo, enfin enrôlé.[AFP]

La campagne électorale reprend ses droits, après avoir été éclipsée pendant trois jours par la tuerie de Toulouse et la traque de Mohamed Merah. Retour à Tulle pour le candidat PS François Hollande qui a présidé la dernière séance du Conseil général de Corrèze tandis que Nicolas Sarkozy arpentait lui Valenciennes, les terres de son ex-ministre Jean-Louis Borloo, enfin enrôlé.

LE FAIT DU JOUR

Sur le terrain, la campagne reprend avec en filigrane des questions sur les zones d'ombre entourant l'enquête sur le tueur de Toulouse et Montauban, au lendemain de sa mort après un assaut du Raid et un siège de plus de trente heures.

En déplacement à Valenciennes, Nicolas Sarkozy a jugé "normales les questions en démocratie". "Mettez-vous dans une autre situation, a-t-il enchaîné, si on n'avait pas retrouvé le criminel, le terroriste, ce ne sont pas ces questions qu'on me poserait", a-t-il ajouté. Les mesures annoncées la veille pour lutter contre le terrorisme seraient prises après l'élection s'il était réélu président, a-t-il par ailleurs précisé.

Depuis Tulle, François Hollande a répondu: "Pas de précipitation", "pas d'improvisation", "pas d'instrumentalisation".

Le Premier ministre, François Fillon, avait affirmé dès vendredi matin qu'il n'existait "aucun élément permettant d'appréhender Mohamed Merah" avant ses passages à l'acte à Toulouse et Montauban. Gérard Longuet, ministre de la Défense, a de son côté estimé que les enquêteurs avaient "perdu un temps considérable", parce que "certains" se sont d'abord focalisés sur la piste d'anciens militaires soupçonnés d'être impliqués.

Dans les colonnes du journal Le Monde, le numéro 1 du renseignement intérieur français, Bernard Squarcini, a assuré qu'il était "impossible d'aller plus vite" pour arrêter Mohamed Merah.

LES PHRASES DU JOUR

- "Nous avons perdu un temps considérable, parce que certains voulaient absolument que ce soit dans une direction qu'il faille chercher et pas dans toutes les directions" (Gérard Longuet, ministre de la Défense)

- "De manière générale, il n'y a pas de raison de laisser des zones d'ombre ou d'incertitude. Rien n'empêche aux uns et aux autres de faire leurs investigations. Je demande juste qu'ils ne fassent pas de procès d'intention" (Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP)

- "Comment cet homme a-t-il pu être formé? Parce que visiblement il avait une formation militaire de très haut niveau, capable de résister au Raid pendant des dizaines d'heures, ça n'est pas des amateurs qui peuvent faire ça" (François Bayrou, candidat MoDem)

- "EELV a une position très radicale, c'est de légaliser le cannabis pour saper cette économie parallèle à la base" (Eva Joly)

- "Je suis triste pour Florence (Cassez, ndlr), mais je ne renonce pas. On continue" (Nicolas Sarkozy)

- "C'est un homme très courtois, parfaitement courtois", mais "ce n'est pas le gabarit d'un président de la République" (Bernadette Chirac sur François Hollande)

LE SONDAGE DU JOUR

Près de trois Français sur quatre -74%- estiment que Nicolas Sarkozy a eu l'attitude qui convient face aux drames de Toulouse et Montauban, 56% portant le même jugement sur François Hollande, selon un sondage TNS Sofres pour i>TELE publié vendredi.

LES COULISSES

Porte-à-porte. L'épouse de l'ancien chef de l'Etat, Bernadette Chirac a affirmé qu'elle ferait du "porte-à-porte à Paris". "Je verrai les commerçants et je ferai même les étages", a-t-elle dit, rappelant qu'elle avait "beaucoup fait cela", lorsque son mari était maire.

LE BUZZ

Une fausse photo de François Hollande et de Mohamed Merah a circulé sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter après l'annonce de la mort du tueur de Toulouse et de Montauban. Le site internet du PS a dénoncé ce "fake" qui est apparu "chez certains sympathisants ou militants de droite et d'extrême-droite".

Vous aimerez aussi

Une partisane de l'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva pendant une manifestation de soutien à l'ex-chef de l'Etat le 15 août 2018 à Brasilia [EVARISTO SA / AFP/Archives]
Élections L’ONU appelle le Brésil à autoriser Lula à se présenter à la présidentielle
Élection présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Élections Présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Le président-élu colombien Ivan Duque pendant la présentation de son livre "L'Archéologie de mon père" à Medellin, en Colombie le 10 juillet 2018 [JOAQUIN SARMIENTO / AFP]
Présidentielle Ivan Duque investi président de Colombie

Ailleurs sur le web

Derniers articles