Sécurité : Hollande veut plus de "moyens"

François Hollande, candidat socialiste à l'Elysée, a estimé qu'il n'y avait "pas forcément" besoin de nouvelle loi pour renforcer la sécurité, mais d'abord nécessité de "renforcer les moyens" et a fustigé le bilan du quinquennat Sarkozy en la matière, samedi à Ajaccio.[AFP]

François Hollande, candidat socialiste à l'Elysée, a estimé qu'il n'y avait "pas forcément" besoin de nouvelle loi pour renforcer la sécurité, mais d'abord nécessité de "renforcer les moyens" et a fustigé le bilan du quinquennat Sarkozy en la matière, samedi à Ajaccio.

"Nous tirerons toutes les conclusions" des tueries de Toulouse et Montauban "et s'il convient de renforcer tel ou tel dispositif, nous le ferons, après l'élection présidentielle", a-t-il dit, interrogé par la presse, peu après son arrivée en Corse où il doit rester jusqu'à dimanche.

¨Pas forcément d'ailleurs à travers des lois. Il y en déjà beaucoup. S'il faut en modifier une, corriger un aspect, nous le ferons", a-t-il poursuivi.

Mais, il faut penser "d'abord à renforcer les moyens, à faire en sorte que les services travaillent le plus en amont possible, à lutter contre les trafics d'armes, à contrôler les individus qui sortent des zones à risque comme le Pakistan ou l'Afghanistan", a-t-il ajouté.

"Nous devons regarder aussi tous les moyens, tous les services, tous les dispositifs. Et moi je tirerai toutes les conclusions de ce qui s'est passé", a martelé le député de Corrèze.

Selon lui, sur le "terrain" de la sécurité, le gouvernement "a des progrès à faire quand on voit la montée des violences depuis cinq ans".

Selon lui, "sur la sécurité, le président sortant a manqué (...) aux objectifs qu'il s'était lui-même assignés".

Vous aimerez aussi

Élection présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Élections Présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Le président-élu colombien Ivan Duque pendant la présentation de son livre "L'Archéologie de mon père" à Medellin, en Colombie le 10 juillet 2018 [JOAQUIN SARMIENTO / AFP]
Présidentielle Ivan Duque investi président de Colombie
L'opposant et perdant de la présidentielle au Zimbabwe, Nelson Chamisa, Harare, 3 août 2018 [Jekesai NJIKIZANA / AFP]
Afrique Zimbabwe : le président élu défend une élection crédible, l'opposition crie à la fraude

Ailleurs sur le web

Derniers articles