EELV dénonce la démagogie de certains candidats

Jean-Vincent Placé, sénateur EELV, interrogé mercredi par Europe 1 sur les difficultés de sa candidate à l'Elysée Eva Joly, a observé que faire de la pédagogie est plus compliqué que se livrer à la "démagogie", en visant notamment Jean-Luc Mélenchon (FG).[AFP/Archives]

Jean-Vincent Placé, sénateur EELV, interrogé mercredi par Europe 1 sur les difficultés de sa candidate à l'Elysée Eva Joly, a observé que faire de la pédagogie est plus compliqué que se livrer à la "démagogie", en visant notamment Jean-Luc Mélenchon (FG).

"Nous avons la particularité, les écologistes, de ne pas aimer cette élection présidentielle au suffrage direct, qu'on pourrait penser très démocratique. En réalité c'est la politique spectacle, la personnalisation, les propositions démago, simplistes", a analysé le responsable d'Europe Ecologie-les Verts.

"Nous, évidemment, on est ennuyeux, on raconte la planète, on raconte les générations futures, on n'a pas demain on va raser gratis", a poursuivi le sénateur.

"On peut faire comme Mélenchon; crier fort; dès qu'il voit quelqu'un il fait une petite promesse, ensuite des discours simplistes et démago", a accusé M. Placé.

"C'est vrai que c'est compliqué de faire de la pédagogie et de la conviction, mais nous pensons que c'est important", a-t-il insisté.

À suivre aussi

Tunisie Tout savoir sur Mounir Baatour, premier candidat gay à la présidentielle tunisienne
Dépouillement des bulletins de vote, le 9 juin 2019 à Nur-Sultan, au Kazakhstan [Stanislav FILIPPOV / AFP]
élection Kazakhstan : Tokaïev remporte la présidentielle avec 70,8% des voix
Le président par intérim et candidat Kassym-Jomart Tokaïev en meeting à Nur-Sultan, le 7 juin 2019 [Stanislav FILIPPOV / AFP]
Politique Le Kazakhstan organise sa première élection présidentielle sans Nazarbaïev

Ailleurs sur le web

Derniers articles