Front de gauche et PS devront "discuter", selon Pierre Laurent

Le Front de gauche et le Parti socialiste, les "deux grandes forces à gauche", devront "discuter" de leurs "propositions" respectives et oeuvrer à une "dynamique unitaire", a déclaré mercredi Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF et soutien de Jean-Luc Mélenchon.[AFP]

Le Front de gauche et le Parti socialiste, les "deux grandes forces à gauche", devront "discuter" de leurs "propositions" respectives et oeuvrer à une "dynamique unitaire", a déclaré mercredi Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF et soutien de Jean-Luc Mélenchon.

"Dire +notre programme est à prendre ou à laisser+ n'a pas de sens (...). Ce n'est pas sérieux", a souligné aussi Pierre Laurent sur France Inter.

Il faisait référence aux déclarations mardi de Jérôme Cahuzac, le président socialiste de la Commission des finances de l'Assemblée, selon lesquelles le programme de François Hollande sera à prendre ou à laisser pour Jean-Luc Mélenchon dans l'hypothèse où il soutiendrait le candidat socialiste au second tour de la présidentielle.

"Il va y avoir deux grandes forces à gauche, le Parti socialiste et le Front de gauche, et nous portons des propositions qui ne sont pas toutes convergentes, c'est le moins que l'on puisse dire. Il faudra discuter", a poursuivi Pierre Laurent.

Lors d'un important meeting mardi soir à Lille, Jean-Luc Mélenchon avait lancé sous les applaudissements une boutade à l'adresse du député socialiste: "Jérôme Cahuzac dit: le programme (de François Hollande, ndlr) est à prendre ou à laisser. Très bien, on laisse".

"Il faut au contraire que chacun se mette dans une dynamique unitaire (...), comme nous le faisons", a souligné Pierre Laurent.

"Les dirigeants socialistes doivent entendre ce qui est en train de se passer autour du Front de gauche. Il y a une attente énorme dans le pays qui traverse tous les électorats de gauche", a-t-il dit.

Quant à la progression de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages, Pierre Laurent a parlé de "vague montante autour du FG".

"Jusqu'où elle ira? Je ne sais pas", a-t-il dit.

À suivre aussi

Fiat Chrysler et Renault-Nissan deviendraient le groupe automobile numéro un incontesté, avec 15,6 millions d'automobiles vendues l'an dernier.
Automobile Projet d'alliance Renault-Fiat Chrysler : quelles conséquences ?
Matteo Salvini, leader de l'extrême droite italienne, vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur, le 7 mai 2019 à Milan [Miguel MEDINA / AFP/Archives]
Élections européennes Italie : Matteo Salvini réunit les souverainistes en vue des européennes
Royal wedding Contrairement à Kate et William, Meghan et Harry ont échangé des alliances

Ailleurs sur le web

Derniers articles