Le Qatar se dit prête à aider les banlieues

Le Qatar a décidé de reporter à la fin des élections en France le lancement d'un fonds d'investissement controversé de 50 millions d'euros pour aider les habitants des banlieues, a-t-on appris des élus de la diversité.[AFP]

Le Qatar a décidé de reporter à la fin des élections en France le lancement d'un fonds d'investissement controversé de 50 millions d'euros pour aider les habitants des banlieues, a-t-on appris des élus de la diversité.

L'Association nationale des élus locaux de la diversité (Aneld), qui avait obtenu cet engagement après une mission au Qatar où elle avait été reçue par l'émir cheikh Hamad ben Khalifa Al Thani, "a souhaité que cette initiative ne soit pas instrumentalisée par les partis politiques", a expliqué son président Kamal Hamza, conseiller municipal (UMP) de La Courneuve (Seine-Saint-Denis).

"Nous voulons que cela se fasse dans l'apaisement et pas dans la polémique", a-t-il expliqué à l'AFP, alors que l'initiative qatarie a fait l'objet de critiques, notamment de Marine Le Pen.

"Il y a une influence très forte de pays étrangers qui souhaitent le développement du fondamentalisme musulman et je m'étonne très fortement des liens d'amitié entre Nicolas Sarkozy et l'émir du Qatar que l'on a laissé investir 50 millions d'euros dans les banlieues françaises", a déclaré la présidente du Front national.

Samedi, une petite centaine de jeunes militants identitaires du Projet Apache ont manifesté place de l'Opéra à Paris contre "le rachat de la France par le Qatar".

De son côté, le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a qualifié cette initiative d'"effort salutaire dès lors qu'il n'y pas d'exigence particulière de toute nature".

L'ambassadeur de l'émirat à Paris, Mohamed Jahan Al-Kuwari, avait annoncé en décembre la création du fonds de 50 millions d'euros pour financer des projets économiques portés par des habitants des banlieues de France, expliquant qu'il ne s'agissait pas de "charité" mais de mise en place de partenariats dans des projets "sérieux" et "solides". Une commission d'experts devait être installée pour évaluer les projets.

Plus généralement, le petit émirat est un partenaire économique et financier privilégié de la France. Il vient de racheter 1% de LVMH, 2% de Total et a porté à 12,8% ses parts dans Lagardère.

Vous aimerez aussi

Automobile Blanquefort : Ford préfère fermer l'usine plutôt qu'une reprise
Pauvreté : encore un problème majeur en France en 2018
Social Pauvreté : encore un problème majeur en France en 2018
Social Grève du mardi 9 octobre : quelles perturbations à la SNCF et la RATP ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles