Quartiers: réponses "insuffisantes" de 7 candidats

La Fédération nationale des maisons des potes qui a fait dix propositions aux candidats à la présidentielle pour "faire de l'égalité une réalité" dans les quartiers populaires, a reçu des réponses de sept d'entre eux, mais "elles ne sont pas suffisantes", selon son président.[AFP/Archives]

La Fédération nationale des maisons des potes qui a fait dix propositions aux candidats à la présidentielle pour "faire de l'égalité une réalité" dans les quartiers populaires, a reçu des réponses de sept d'entre eux, mais "elles ne sont pas suffisantes", selon son président.

La fédération avait fait le choix de ne pas envoyer ses propositions, faites en juin 2011, à Marine Le Pen, et ne les a pas envoyées non plus à Jacques Cheminade ni Nicolas Dupont-Aignan, ne sachant pas qu'ils obtiendraient leurs 500 signatures.

Les candidats sont d'accord sur une seule proposition, l'enseignement de la laïcité à l'école.

En revanche, concernant les revendications portant sur "une éducation populaire efficace et pérenne", "on reste sur notre faim, les réponses sont insuffisantes" et peu concrètes, a expliqué à l'AFP Samuel Thomas, président de la fédération.

La fédération demandait notamment la création d'un Fonds pour le développement de la vie associative et de l'éducation populaire, financé à hauteur de 500 millions d'euros, alimenté par 10% des mises du PMU et du Loto. Elle réclamait aussi la création d'un ministère de l'Education populaire, avec 100.000 fonctionnaires détachés aux associations et collectivités locales des quartiers populaires.

Si les candidats de gauche et écologistes soutiennent la revendication d'augmenter de 30% les enseignants affectés en ZEP, François Bayrou et Nicolas Sarkozy s'engagent seulement à y affecter des professeurs expérimentés.

A la revendication d'ouvrir les emplois "fermés" de la Fonction publique aux non Européens, la fédération note "un soutien unanime sous réserve. Personne ne dit qu'il est contre, seul Nicolas Sarkozy ne se prononce pas".

En matière d'immigration, les candidats s'engagent à régulariser les travailleurs sans papiers (au cas par cas pour Bayrou, sur la base de critères et d'un examen individuel des dossiers pour Hollande), à l'exception du candidat UMP.

François Hollande, Nicolas Sarkozy et François Bayrou ne sont pas pour l'idée d'"anonymiser les demandes de logements social".

En matière de justice, l'augmentation de l'aide juridictionnelle est acceptée par tous, sauf Nicolas Sarkozy. Seul le candidat du NPA Philippe Poutou propose son doublement.

Créée en 1989 et proche de SOS Racisme, la Fédération nationale des maisons des potes réunit des associations implantées dans des quartiers populaires pour défendre la cause des jeunes, des immigrés et de tous les habitants de ces quartiers.

Vous aimerez aussi

Élection présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Élections Présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Le président-élu colombien Ivan Duque pendant la présentation de son livre "L'Archéologie de mon père" à Medellin, en Colombie le 10 juillet 2018 [JOAQUIN SARMIENTO / AFP]
Présidentielle Ivan Duque investi président de Colombie
L'opposant et perdant de la présidentielle au Zimbabwe, Nelson Chamisa, Harare, 3 août 2018 [Jekesai NJIKIZANA / AFP]
Afrique Zimbabwe : le président élu défend une élection crédible, l'opposition crie à la fraude

Ailleurs sur le web

Derniers articles