Hollande: "Mon seul adversaire c'est la droite"

François Hollande a assuré jeudi "ne pas être dans une bataille a sein de la gauche", répétant que son seul adversaire était "la droite et Nicolas Sarkozy", face à l'ascension dans les sondages du candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon.[AFP]

François Hollande a assuré jeudi "ne pas être dans une bataille a sein de la gauche", répétant que son seul adversaire était "la droite et Nicolas Sarkozy", face à l'ascension dans les sondages du candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon.

"Je respecte cette candidature", a déclaré le candidat socialiste, interrogé par le journal télévisé de France 3 Aquitaine, tout en appelant les électeurs à voter pour lui dès le premier tour: "Rien ne doit empêcher le changement et l'alternance (..) Cela servirait à quoi de faire un premier tour dispersé?".

"Je ne suis pas dans une bataille au sein de la gauche", a-t-il encore ajouté après avoir asséné: "Mon seul adversaire c'est la droite et Nicolas Sarkozy".

"Aucun électorat ne m'échappe, vous vous rendez compte que je suis placé dans les sondages toujours à 54 ou 55 au second tour donc je n'ai pas besoin de sortir une proposition, j'en ai fait soixante....", a-t-il conclu depuis Mont-de-Marsan (Landes) où il tenait un meeting.

Depuis Montpellier où il se trouvait à la mi-journée, François Hollande avait aussi appelé au rassemblement dès le premier tour de la présidentielle le 22 avril, sans pour autant s'en prendre frontalement au candidat du Front de gauche, en hausse dans les sondages et qui multiplie les attaques virulentes contre lui.

Vous aimerez aussi

Élection présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Élections Présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Le président-élu colombien Ivan Duque pendant la présentation de son livre "L'Archéologie de mon père" à Medellin, en Colombie le 10 juillet 2018 [JOAQUIN SARMIENTO / AFP]
Présidentielle Ivan Duque investi président de Colombie
L'opposant et perdant de la présidentielle au Zimbabwe, Nelson Chamisa, Harare, 3 août 2018 [Jekesai NJIKIZANA / AFP]
Afrique Zimbabwe : le président élu défend une élection crédible, l'opposition crie à la fraude

Ailleurs sur le web

Derniers articles