Besancenot positif quant à "la dynamique" du Front de gauche

Olivier Besancenot, candidat à la présidentielle en 2002 et 2007, qui soutient aujourd'hui Philippe Poutou (NPA), a déclaré jeudi soir qu'il ne "voyait pas d'un mauvais oeil" la dynamique électorale du Front de gauche, tout en s'interrogeant sur la position de celui-ci vis-à-vis du PS.[AFP]

Olivier Besancenot, candidat à la présidentielle en 2002 et 2007, qui soutient aujourd'hui Philippe Poutou (NPA), a déclaré jeudi soir qu'il ne "voyait pas d'un mauvais oeil" la dynamique électorale du Front de gauche, tout en s'interrogeant sur la position de celui-ci vis-à-vis du PS.

"Avec le Front de Gauche, et moi je vais mettre les pieds dans le plat, il y a une dynamique, c'est clair", a-t-il concédé, lors d'une rencontre dans un restaurant parisien du XIIIème arrondissement avec une centaine de militants.

"Moi je ne la vois même pas d'un mauvais oeil, je vous le dis franchement", a-t-il poursuivi, en reconnaissant qu'au NPA "peut-être que tout le monde ne partagerait pas" ce point de vue.

"Je pense tout d'abord qu'en tant que tel c'est pas forcément contradictoire avec un score honorable du NPA" à la présidentielle, a dit le facteur.

"Et si ça donne confiance à des militants alors tant mieux, si ça permet de populariser des solutions qu'on était pratiquement les seuls à défendre, alors tant mieux!", a-t-il assuré.

Mais "il faut voir la suite de l'épisode", a poursuivi M. Besancenot.

"Jean-Luc Mélenchon dit qu'il n'ira pas dans un gouvernement PS, soit !", mais la vraie question est la suivante: est-ce qu'il trouvera sa place "dans un front d'opposition à la gauche" de l'éventuel futur gouvernement de François Hollande?

Et le soutien de Philippe Poutou d'évoquer ses "mauvais souvenirs de la gauche plurielle".

Vous aimerez aussi

Élection présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Élections Présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Le président-élu colombien Ivan Duque pendant la présentation de son livre "L'Archéologie de mon père" à Medellin, en Colombie le 10 juillet 2018 [JOAQUIN SARMIENTO / AFP]
Présidentielle Ivan Duque investi président de Colombie
L'opposant et perdant de la présidentielle au Zimbabwe, Nelson Chamisa, Harare, 3 août 2018 [Jekesai NJIKIZANA / AFP]
Afrique Zimbabwe : le président élu défend une élection crédible, l'opposition crie à la fraude

Ailleurs sur le web

Derniers articles