Hollande infléchit sa campagne

A trois semaines du premier tour, François Hollande infléchit sa course à l'Elysée: talonné par Nicolas Sarkozy, aiguillonné par Jean-Luc Mélenchon, le candidat socialiste veut introduire dans sa campagne plus de spontanéité, de souplesse et même d'humour, tout en restant ferme sur ses thèmes.[AFP]

A trois semaines du premier tour, François Hollande infléchit sa course à l'Elysée: talonné par Nicolas Sarkozy, aiguillonné par Jean-Luc Mélenchon, le candidat socialiste veut introduire dans sa campagne plus de spontanéité, de souplesse et même d'humour, tout en restant ferme sur ses thèmes.

Toujours favori des sondages, le député de Corrèze voit toutefois son avantage s'effriter. Dans la majorité des dernières enquêtes, il est devancé au premier tour par le président-candidat, qui se rapproche de lui au second. A sa gauche, l'outsider Jean-Luc Mélechon ne cesse de gagner du terrain.

Sur le fond, M. Hollande affirme ne pas vouloir changer de cap, rester dans la même "cohérence", celle du programme de 60 engagements présentés fin janvier, dans la foulée de son grand meeting du Bourget.

Il ne faut pas craindre de "se répéter", c'est même "très important la répétition", estime aujourd'hui le candidat PS, après une séquence - correpondant à l'entrée en lice de Nicolas Sarkozy le 15 février - où il a multiplié les propositions, comme celle d'imposer à 75% les revenus supérieurs à 1 million d'euros.

Il martèle aujourd'hui que "tous les thèmes posés depuis plusieurs mois resteront ceux de la campagne présidentielle".

Pour le politologue Stéphane Rozès (Cap), "cet infléchissement est nécessaire". François Hollande "doit retrouver l'esprit du Bourget en renouant un lien direct avec les Français et ne pas se disperser dans les propositions". Il doit garder "l'axe de sa campagne : le redressement républicain de la France", "mettre en avant de sa capacité à prendre des décisions difficiles".

Meeting en plein air, multiplication des déplacements de terrain: sur la forme en revanche, le député de Corrèze a amorcé un virage, dicté en partie par l'entrée en vigueur de l'égalité de temps de parole médiatique entre les prétendants à l'Elysée.

Mais le candidat fait contre mauvaise fortune bon coeur. Jusqu'ici, il a fait des "grands meetings souvent entièrement télévisés où il fallait observer une certaine retenue", "faire le sérieux", confie-t-il, ne cachant pas son envie désormais de se lâcher davantage.

"Je vais reprendre l'humour parce que je pense que c'est la bonne arme", a-t-il dit et répété jeudi après deux meetings à Montpellier et Mont-de-Marsan.

Il en a d'ailleurs fait aussitôt la démonstration, avec une ardeur toute printanière, félicitant "les conseillers de Nicolas Sarkozy qui se donnent tant de mal chaque jour pour trouver un semblant d'idées nouvelles", feignant l'intérêt devant la prochaine annonce du projet du "candidat sortant" : "Une impatience nous saisit, mais que va-t-il aller chercher? J'ai eu la confidence, son projet c'est son bilan!".

"Si l'humour lui permet de remettre ses contradicteurs à leur place, c'est une bonne chose", estime M. Rozès, se disant toutefois "très sceptique" sur le recours à cette arme en période de crise. "Il court le risque de mettre un écran entre lui et les Français", juge-t-il.

Avec des déplacements à rythme soutenu, souvent deux par jours, M. Hollande veut aussi créer "lieu par lieu, région par région, une ambiance", installer "sa musique" dans le brouhaha de la campagne.

Lors de "ses déambulations" de campagne, les interpellations "François il faut attaquer, il faut mettre le paquet maintenant !", se multiplient et le candidat ne cache pas qu'il "aime ces moments où ça se tend, où on rentre dans le combat". Mais pas question de monter sur le ring maintenant comme l'y incitent Nicolas Sarkozy et ses attaques frontales, comme Jean-Luc Mélenchon volontiers dans le registre de la provocation.

Pour l'heure, le candidat n'a pas eu le temps de visionner une compilation des grands duels présidentiels télévisés, qui lui a été récemment offerte. Mais compte bien regarder avec attention ceux de 1974, 1981 et 2007.

Vous aimerez aussi

Une partisane de l'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva pendant une manifestation de soutien à l'ex-chef de l'Etat le 15 août 2018 à Brasilia [EVARISTO SA / AFP/Archives]
Élections L’ONU appelle le Brésil à autoriser Lula à se présenter à la présidentielle
Élection présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Élections Présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Le président-élu colombien Ivan Duque pendant la présentation de son livre "L'Archéologie de mon père" à Medellin, en Colombie le 10 juillet 2018 [JOAQUIN SARMIENTO / AFP]
Présidentielle Ivan Duque investi président de Colombie

Ailleurs sur le web

Derniers articles