Sarkozy: "on continuera à augmenter le prix du tabac"

Nicolas Sarkozy, candidat à la présidentielle, a affirmé devant des buralistes jeudi lors d'un déplacement dans le Gard qu'on continuerait "à augmenter le prix du tabac", car c'est "une question de santé publique".[AFP]

Nicolas Sarkozy, candidat à la présidentielle, a affirmé devant des buralistes jeudi lors d'un déplacement dans le Gard qu'on continuerait "à augmenter le prix du tabac", car c'est "une question de santé publique".

Le président candidat s'exprimait devant des buralistes dans un café-tabac de Vestric-et-Candiac, une petite commune du Gard, avant d'aller tenir un meeting en soirée à Nîmes, en présence de 4.000 personnes environ, selon l'UMP.

Avant chaque meeting électoral, M. Sarkozy a l'habitude de rencontrer des Français - simples citoyens et/ou représentants de telle ou telle profession, dans un café ou un restaurant.

"On continuera à augmenter le prix du tabac car c'est la seule façon de réduire la consommation. C'est une question de santé publique (...), même si on peut avoir le cancer sans jamais avoir fumé de sa vie", a-t-il affirmé. "C'est comme pour les radars" qu'il maintiendra, a-t-il dit, rappelant qu'en 2011, il y a eu "4.000 tués sur les routes, contre 8.000 il y a dix ans".

Il a expliqué aux buralistes que leur profession devait "compenser" la diminution des ventes de tabac par le "développement d'activités" autres: "il faut que vous puissiez faire bureau de poste, avec vente de timbres (...), vous seriez les correspondants, des services publics", a-t-il proposé.

M. Sarkozy table également sur le développement des paris sportifs, "qui marchent beaucoup". "Mieux vaut gagner de l'argent là-dessus que sur le tabac", a-t-il dit, en promettant de "faire pression sur la Française des jeux, dont l'Etat est actionnaire à 100%, pour qu'elle augmente les marges" des buralistes.

Il a également promis de "renforcer la lutte contre la contrebande" de tabac.

Alors qu'on lui demandait si le taux de TVA (7%) resterait le même pour la restauration avec service, il a répondu: "ça le restera. Je ne peux pas prendre d'engagements pour les autres, mais si c'est moi (qui gagne l'élection), ça restera", a-t-il assuré.

Vous aimerez aussi

Une partisane de l'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva pendant une manifestation de soutien à l'ex-chef de l'Etat le 15 août 2018 à Brasilia [EVARISTO SA / AFP/Archives]
Élections L’ONU appelle le Brésil à autoriser Lula à se présenter à la présidentielle
Élection présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Élections Présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Le président-élu colombien Ivan Duque pendant la présentation de son livre "L'Archéologie de mon père" à Medellin, en Colombie le 10 juillet 2018 [JOAQUIN SARMIENTO / AFP]
Présidentielle Ivan Duque investi président de Colombie

Ailleurs sur le web

Derniers articles