Conseil général dans le Var: le conseil d'Etat a tranché

Jean-Paul Dispard, candidat du Front national, élu à l'issue du 2ème tour des élections cantonales dans le canton de Brignoles (Var) face au communiste sortant Claude Gilardo, par 50,03% des suffrages, pose, le 30 mars 2011 sur la place de la mairie de Brignoles. AFP PHOTO / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT[AFP/Archives]

Le Conseil d'Etat a invalidé le 19 mars l'élection dans le Var, en mars 2011, du conseiller général FN Jean-Paul Dispard, élu avec cinq voix d'avance sur le conseiller général communiste sortant Claude Gilardo, a-t-on appris samedi auprès de ce dernier.

Dans son arrêt, dont l'AFP a eu une copie, la juridiction administrative a confirmé le jugement du tribunal administratif de Toulon qui, en octobre, avait annulé l'élection de M. Dispard, relevant notamment "des discordances dans les listes d'émargement".

La haute juridiction a rejeté l'argumentation de M. Dispard, qui avançait qu'il "n'avait assigné ni assesseurs, ni délégués dans les bureaux de vote où elles (les discordances, NDLR) ont été constatées".

Après notification de l'arrêt, Claude Gilardo (PCF) a annoncé dans un communiqué qu'il se portait candidat, avec sa suppléante Djamila Mehidi, à la nouvelle élection cantonale.

"Cette annulation est une réelle victoire pour tous les démocrates respectueux des institutions françaises et des valeurs qui font la République, liberté, égalité, fraternité", a commenté Claude Gilardo, maire de Brignoles.

De son côté, Jean-Paul Dispard a annoncé à l'AFP qu'il "repartait". "Je me représente et je suis déjà en campagne" a-t-il déclaré. Il n'a cependant pas fait de commentaires sur la décision de justice.

M. Dispard, un retraité du commerce de viande en gros qui avait rejoint le FN dans les années 80, était l'un des deux conseillers généraux FN élus en France en mars, avec Patrick Bassot dans le Vaucluse.

Il appartient désormais au préfet du Var d'organiser de nouvelles élections dans les trois mois.

Vous aimerez aussi

Etats-Unis A 14 ans, il est candidat au poste de gouverneur dans le Vermont
Le leader de l'opposition et candidat à la présidentielle au Mali, Soumaïla Cissé, à Bamako le 13 août 2018, au lendemain du vote dont il rejette par avance les résultats [ISSOUF SANOGO / AFP]
Élections Au Mali, l'opposition rejette les résultats de la présidentielle
Élection présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Élections Présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance

Ailleurs sur le web

Derniers articles