Douste-Blazy dénonce la "dérive droitière" de Sarkozy

L'ancien ministre UMP Philippe Douste-Blazy, soutien de François Bayrou (MoDem) pour la présidentielle, a estimé dimanche sur RTL que "la dérive droitière" du candidat UMP Nicolas Sarkozy "s'est accélérée" et qu'elle est même "assumée".[AFP]

L'ancien ministre UMP Philippe Douste-Blazy, soutien de François Bayrou (MoDem) pour la présidentielle, a estimé dimanche sur RTL que "la dérive droitière" du candidat UMP Nicolas Sarkozy "s'est accélérée" et qu'elle est même "assumée".

"Je crois qu'elle est assumée, ce n'est pas ma famille politique, moi je suis au centre droit de la vie politique depuis toujours, je croyais qu'on pourrait faire avec l'UMP un grand parti de centre droit", a regretté M. Douste-Blazy. "Malheureusement", a-t-il ajouté, "je crois qu'il y a une dérive droitière indiscutable, ce n'est pas possible de gagner uniquement avec un aspect droitier".

Il a appelé à "revenir sur les vrais sujets": "l'emploi, comment on va faire baisser la dette, comment on retrouve le chemin de la croissance".

Interrogé sur le fait que pour faire gagner la droite, il aurait mieux valu que M.Bayrou ne se présentât pas: "C'est exactement le contraire, le centre de la vie politique c'est celle qui a toujours fait l'élection car toujours au deuxième tour les gens essaient de trouver le plus au centre possible", a répondu l'ancien ministre UMP.

"Nous souhaitons une union nationale pour que la France ne soit pas dirigée par un clan de droite, nous souhaitons prendre les meilleurs qu'ils soient à droite ou à gauche, et les plus compétents", a-t-il aussi plaidé.

Selon lui, François Bayrou, "s'il était au deuxième tour, serait sûr de battre François Hollande" car, a-t-il dit,"François Bayrou est un cap, une vision".

Vous aimerez aussi

Une partisane de l'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva pendant une manifestation de soutien à l'ex-chef de l'Etat le 15 août 2018 à Brasilia [EVARISTO SA / AFP/Archives]
Élections L’ONU appelle le Brésil à autoriser Lula à se présenter à la présidentielle
Élection présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Élections Présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Le président-élu colombien Ivan Duque pendant la présentation de son livre "L'Archéologie de mon père" à Medellin, en Colombie le 10 juillet 2018 [JOAQUIN SARMIENTO / AFP]
Présidentielle Ivan Duque investi président de Colombie

Ailleurs sur le web

Derniers articles